Une vie sans faim

6,9913,90

J’étais en perpétuelle lutte avec moi-même. Je savais que je devais manger pour vivre, mais mon corps s’était habitué à ce poids, à l’extrême de la survie, oscillant entre 26 et 28 kilos. Ma tête n’acceptait plus qu’il aille au-dessus. Une peur maladive s’emparait de moi quand mon pantalon ne flottait plus autour de ma taille. Si l’aiguille de la balance montait juste un peu, je réduisais les portions, je faisais du sport à outrance, jusqu’à l’épuisement. Venait alors le temps de l’hospitalisation. Pour comprendre ce cheminement, il faut remonter le temps vers mon enfance, et mon entrée dans la vie professionnelle.
Puisse ce récit servir à porter un autre regard sur l’anorexie, aider les malades. Et trouver des voies de guérison.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

Tout a basculé un dimanche, au retour d’un match […]. Je m’étais beaucoup dépensée sur le terrain et j’étais rentrée à pied à la ferme. […] J’avais donc plutôt faim en arrivant à la table familiale. […] La parole d’un des convives m’est tombée sur la tête comme un coup de matraque : s’il avait su combien cela changerait ma vie, […].

******
La configuration du bureau ajoutait à l’oppression ambiante, j’étais coincée entre le standard, les hautes armoires et les persiflages de mes deux collègues. […]

******
Je perdis ainsi […] toutes mes illusions sur le monde du travail. De quoi favoriser la montée en puissance de la maladie qui sapait déjà les ressources de mon organisme.

Informations complémentaires

Format livre

124 pages

ISBN ebook

ISBN 9782407039739

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407020744

A propos de l'auteur : Claire Fontaine

Claire Fontaine

L’auteure, abordant sa sixième décennie, fait un retour sur sa vie, soumise durant quarante ans à une cruelle maladie : l’anorexie mentale. Si on trouve aujourd’hui abondance d’informations et de conseils sur Internet, le mot était à peine connu du corps médical à la fin des années 1970, surtout dans une petite ville de province. Ce mal ne se guérit pas et Claire continue donc à vivre avec, tandis que bien d’autres victimes ne parviennent pas jusqu’à cet âge.