…Une ère de pandémie… une Graine de Champion

6,99

… Une ère de pandémie. Une ère qui a des résurgences de Mai 68. Il y a eu les objecteurs de conscience. Il y a eu tout ça et puis malgré tout ça, il y a eu autre chose, le mois de mars de cette année-là, 2020, « on » enferme le peuple français qui a interdiction de sortir. Les animaux sont en liberté. On se croirait dans une pièce de Ionesco.
Mai 68, il y a eu tout ça et puis malgré tout ça, il y a le temps de l’écriture. Libérer la parole sous les feux des projecteurs, trente ans plus tard. La tyrannie de la transparence. Peut-on tout dire ? Ce qui doit être tu, ce qui pourrait être dit.
Il y a tout ça mais il y a cette graine de champion. Je vais vous raconter une histoire, une histoire qui semble échapper au temps. Un personnage authentique écrit l’histoire : l’ado. L’ado, très tôt, sent bien que sa destinée va s’accomplir.
[…] J’ai cinq ans. Je vois mon frère jouer au tennis. Je veux une raquette. Je veux moi aussi taper des balles. Le  petit garçon devient un ado que rien n’arrête. […]  La défaite n’entame pas sa confiance et puis les défaites depuis cinq ans il n’en n’a pas eu beaucoup, confie son entraîneur. Lorsqu’il perd c’est un simple incident regrettable, pas tout à fait normal…
Juin 2021, Roland Garros. L’enfant devenu ado obtient une « wild-card ».
Septembre 2021, l’ado part en République tchèque, premier déplacement avec son nouvel entraîneur du Centre National d’Entraînement à Roland Garros.
Une belle génération, la relève du tennis français… quand la vie devient une aventure, que la fiction écrite pendant la pandémie pourrait se croire inspirée par elle… une invitation à ancrer la fiction dans le réel pour attirer l’attention.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

  1. 45 Le mois de mars de cette année-là, le peuple français fermé dans ses appartements. Interdiction de sortir. Les animaux circulent dehors sans entraves.

L’État s’en prend à la liberté du peuple, utilise l’autorité au motif sanitaire, la force. On ne circule plus dans les rues. On ne s’attable plus aux terrasses de café. Claude Nougaro raconte la destruction du monde après une bombe, et dit « il y avait une ville et il n’y a plus rien ».

  1. 29 On voulait vivre en couleur et en musique, on voulait « faire l’amour, pas la guerre ». Les citations qu’on adorait nous accompagnaient dans nos amours et nos errances, les inspiraient. « Il est interdire d’interdire » mais « Un homme, ça s’empêche », dit Camus, et s’il ne s’empêche pas tout seul, il faut des lois pour le contraindre et le punir.
  2. 29-30 Avec tout ça, cette révolution, prémices de la désacralisation des fonctions essentielles, « présidentielle », « professeurs », « forces de l’ordre », « médecins »… La fonction du parent elle-même désacralisée jusqu’à la figure du « père » gommée, figure essentielle pour que l’enfant se construise. Ébranler les normes sociales jusqu’à les vider de leur sens. Nous nous glissons dans un sommeil que l’on veut sans conscience.

 46 Il n’y a plus de révolution. Le confinement, que l’on pourrait requalifier de « l’état d’exception », la banalisation du reconfinement ondoiera au-dessus de nos têtes pour un temps, long peut-être. Le confinement, une arme de destruction massive de la vie sociale. « On » nous désapprend la vie.

  1. 95 …] Alors que j’étais petit garçon, je regarde mon frère jouer au tennis et je pense que moi aussi je serai champion. J’ai cinq ans. Je vois mon frère jouer au tennis. Je veux une raquette. Je veux moi aussi taper des balles. Un jour j’allais trahir ma vie de petit garçon.

 

  1. 99 Tout le monde prend soin de moi. On me demande si ça va, s’il me faut quelque chose. Je n’étais pas habitué. C’est juste cool. Ma famille est là ; mes parents, mon frère, ma sœur, ils sont tous là, ils sont tous venus.

 

  1. 100 J’ai joué mon premier match contre un Autrichien, Andrejic, dix-huit ans, classé 61e au classement ITF. Stressé sur les quatre premiers jeux, j’ai ensuite gagné un service, ça m’a lancé et là je tapais bien les balles, relâché, j’étais mieux sur mes jambes.

 

  1. 119 Tant de victoires emportées, je n’ose pas imaginer s’il vivait une série de défaites. Je ne veux pas l’imaginer. Il a l’évolution des meilleurs joueurs et commence à savoir exactement sur quoi il doit insister.

 

 

Informations complémentaires

Format livre

134 pages

ISBN ebook

9782407042333

Version

Ebook téléchargeable

A propos de l'auteur : Marie Vaudan

Marie Vaudan

L’auteure écrit sous son nom de plume, Lou Vaudanoff, ses trois premiers romans. « L’Hirondelle de la Dombes », « L’enfant en héritage », et « Passage par une vie ». Elle poursuit avec « Antigone nouvelle ou la femme sacrificielle », son quatrième roman qu’elle publie sous son patronyme. Marie Vaudan, avec « … Une ère de Pandémie… une Graine de Champion » signe son premier essai sur la pandémie, une ère qui a des résurgences de Mai 68. Le rideau s’ouvre sur une pièce de Ionesco. Dans la deuxième partie, une réflexion sur l’ado qui se prépare à quelque chose de grand, se voit déjà gagner des grands chelems. L’ado, très tôt, sent bien que sa destinée va s’accomplir.