Un bond vers une économie écologique

7,9918,90

Ce livre décrit une économie qui pourrait donner à l’humanité la possibilité de s’adresser au changement de climat qui nous menace, et qui rendrait l’économie durable. La première nécessité est un changement essentiel et profond de la mentalité que nous avions adoptée envers l’écosystème ainsi qu’envers nos affaires économiques, et ceci est présenté dans le 1er chapitre. Le 2e chapitre explique pourquoi l’économie des 300 dernières années est telle qu’elle nous empêche de nous adresser au changement de climat ou d’adopter des habitudes durables. Le 3e chapitre donne une liste des 15 changements économiques nécessaires, qui sont amplifiés dans les chapitres 6 à 20.

Le 4e chapitre est un abécédaire de la monnaie, comment elle est créée, et explique la relation entre monnaies et dettes. Le 5e chapitre est une spéculation sur les buts de l’investissement dans une économie écologique. Le 21e chapitre est une vue de la Chine, qui est maintenant la plus grande économie du monde, et demande si l’économie de la Chine pourrait devenir écologique. Le 22e chapitre est une collection des propos de l’auteur, présentés en guise de recommandations. Les cinq annexes présentent divers aspects menaçants provenant du changement de climat et des pertes globales de ressources naturelles ; et contiennent également deux autres renseignements pertinents pour avoir une écosphère durable.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

Ch 1 : « Alors que l’économie traditionnelle nous permet d’exterminer les morues, les loups et les abeilles et de remplir des bouvillons d’hormones de croissance, le nouveau paradigme exige le respect de la vie, tout comme la nouvelle économie. »

Ch 9 : « Le fait de taxer les ressources primaires de manière appropriée, plutôt que de taxer la valeur ajoutée ainsi que les services, supprime le blocage, et cette modification de la fiscalité est une étape importante à franchir pour aller de l’avant. »

Ch 16 : « Le nouveau paradigme, qui demande une économie centrée sur la vie, exige donc non seulement l’arrêt de la croissance de la population humaine, mais aussi le commencement d’un déclin. »

Annexe 1 : « La vie sur terre dépend d’un océan vivant. »

Annexe 2 : « La race humaine ne peut s’attendre qu’à d’horribles pénuries et à leurs conséquences sociales dans le cadre du laisser-faire, et les dates prévues pour ces immenses tensions, lorsqu’elles ont été examinées pour la dernière fois, se situaient entre 2038 et 2048.

De toute évidence, le laisser-faire ne suffit pas. »

Informations complémentaires

Format livre

223 pages

ISBN ebook

9782407041237

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407022243

A propos de l'auteur : Paul Derek

Paul Derek

Physicien à la retraite, Derek Paul est aussi l’auteur de nombreux ouvrages sur des sujets variés. Après l’obtention de son baccalauréat, à Cambridge University, en Angleterre, il travaille pendant trois ans dans l’industrie britannique. En 1953, il déménage à Kingston, en Ontario, où il enseigne et poursuit des recherches en physique atomique, pendant une décennie, au Collège militaire royal du Canada. Il obtient son doctorat de Queens University en 1958, puis il est professeur à l’Université de Toronto de 1964 à 1995. En 1976, il devient participant aux « Pugwash Conferences on Science and World Affairs », dont le point focal est porté sur ce qui traite de la paix. Il est amené, entre autres, à devenir cofondateur de l’organisme « Science for Peace » (1981 -) et à effectuer plusieurs visites en Union soviétique ainsi qu’une autre en Allemagne de l’Est. En 2005, il est le cofondateur du « Global Issues Project » dont le comité, au cours des sept prochaines années, organisera des tables rondes internationales visant les sujets « critiques ». En 2014 il devient membre de la Société internationale pour une économie écologique. L’urgence à amener un nouveau système économique qui permette de s’adresser au changement du climat l’a motivé à écrire le livre, A Leap to an Ecological Economy, publié en 2017, deuxième édition en 2020. Il est membre de deux sociétés de physique ainsi que de la Coalition Climat Montréal, et de l’Association canadienne du Club de Rome. Il réside à Montréal.