Sans que je puisse leur dire adieu -Tome 1

9,99

Ma vie n’a pas toujours été « un long fleuve tranquille » et j’ai subi des épreuves douloureuses familiales et professionnelles, contre lesquelles je continue de me battre.

J’ai vécu pendant 24 ans le cauchemar d’une affaire commerciale, dont je suis le témoin des nombreuses erreurs ou approximations, autant de la part des avocats que de la « justice » et de celles et ceux qui la servent si mal.

J’ai combattu les dirigeants de la PORTE OUVERTE CHRÉTIENNE de toutes mes forces, convaincu du fait que les « pasteurs » historiques avaient une responsabilité au moins indirecte dans le décès de mon épouse en 2001, tout comme dans l’implosion dramatique de notre couple.

La P.O.C. a-t-elle été l’instrument de la disparition de la première, puis de la deuxième maman de mes filles ?

L’association de Défense des Victimes de la Porte Ouverte que j’avais créée a été mise « sous cloche », mais après tant de déboires, tant d’injustices, tant de coups bas, il n’est plus possible pour moi de me taire…

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

EXTRAITS DU LIVRE

J’étais prêt à faire n’importe quel boulot. Sachant correctement lire, écrire et calculer, cela me semblait largement suffisant pour prouver que j’étais en capacité de m’assumer, sans l’aide de personne.

Quand j’ai vu cette jeune fille polie et bien élevée pour la première fois, j’ai fait semblant de m’intéresser à elle, davantage par bienséance, et pour faire plaisir à son père, que par suite d’un vrai coup de foudre, pour elle.

 

Quand, enfin, nous vîmes pour la toute première fois celle qui partageait la vie de Dominique Garry, nous étions un peu scotchés ! À part le goût marqué pour la bonne chère et, surtout, pour le bon vin, ces deux-là n’avaient vraiment pas grand-chose en commun.

 

La surprise a été d’une telle violence pour moi que je me sentais totalement désemparé, avec ce sentiment d’avoir été trompé au plus profond de moi-même.

 

Dominique se mit à me détester davantage encore, allant jusqu’à me demander si je n’étais pas sincèrement déçu de cette guérison et si ce n’était pas plutôt sa mort que j’espérais.

 

Page 172 : Deux petites prématurées de 26 semaines à peine venaient tout juste de naître.

 

Page 176 : C’était trop tard, Dominique était devenue le pantin de « papa Jean », soumise à sa volonté, aveugle et n’offrant aucune résistance.

 

Jean-Marie avait besoin d’un associé, tout aussi fou que lui, pour lui prêter main-forte, dans la concrétisation d’un immense projet qui avait probablement hanté nombre de ses nuits, l’empêchant de dormir.

 

J’ai eu la grande faiblesse de me plier à la plus mauvaise décision qui soit, mais j’en étais à présent à six ans de sacrifices.

 

Tout passait désormais par MJ Belzung, et l’idée de mettre la main sur le dernier bastion qui lui échappait encore, celui du commercial, lui brûlait les doigts.

 

Avec moi, il redevenait cet homme aux instructions brutales et délirantes, une sorte de tyran dictateur dont tout le monde parlait avec moquerie, mais avec une certaine crainte à la fois.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Informations complémentaires

Format livre

330 pages

ISBN ebook

9782407037445

Version

Ebook téléchargeable

A propos de l'auteur : Claude Onimus

Claude Onimus

Claude, benjamin d’une famille nombreuse, est élevé en partie par sa sœur Simone. Il a vécu toute sa jeunesse au sein d’une cité minière. Autodidacte ambitieux, il croit en sa bonne étoile et entre très tôt, à 17 ans, dans la vie active, avec une seule idée en tête : sortir de ce monde ouvrier très formaté empêchant toute forme d’émancipation, et montrer à ses proches ce dont il est capable. Il retrace avec de nombreux détails croustillants sa jeunesse dans ce milieu qu’il n’aime pas, l’école, la période de son service militaire au 152e R.I. de Colmar, ses premiers boulots, sa collaboration dans l’entreprise de peinture de son frère aîné Gérard, qu’il quitte brutalement début 1975, pour se mettre à son compte à 24 ans. Par la suite, le jeune entrepreneur s’implante à Cernay en 1977, et fonde quelque temps plus tard « CENTRE DÉCOR », un magasin spécialisé en décoration de 3 500 m2 qui fera référence en France, voire au-delà de nos frontières. Son épouse Dominique dit de lui : « Sa tête est un puits intarissable d’idées, c’est un créateur, un vrai homme d’affaires. » Mais elle ajoute : « Il n’a pas fini de réaliser un projet, que déjà fleurit une nouvelle idée plus audacieuse que la précédente ! » La maladie grave de son épouse, évoquée pour la première fois en 1991, bouleverse la vie du couple au point de les séparer définitivement dans un conflit terrible alimenté par les responsables d’une « église » évangélique sectaire, jusqu’au décès de Dominique en 2001, laissant à la seule responsabilité du père quatre enfants à charge, dont des jumelles de quatre ans, nées prématurément à six mois. L'ouverture du music-hall "Le paradis des Sources" signe la fin brutale de la carrière professionnelle et la ruine de cet entrepreneur alsacien particulièrement dynamique. Sa sœur Simone décèdera tragiquement suite à la Covid 19, le 16 mars 2020 ...