Reportages et documents de témoignage

6,9913,90

Ce livre est un témoignage qui retrace des événements vécus. Il parle, non sans chagrin, de la mésentente entre les communautés. Du mal que l’homme est capable de s’infliger, sans faire le deuil de ses espérances.
Il dénonce la petitesse, la mesquinerie, l’égoïsme et l’inconscience dont chacun de nous peut faire preuve.
Ce livre montre comment la société peut amener une personne qui n’a d’autre ambition que de se conduire en honnête citoyen du monde, qui ne réserve pas sa générosité à sa seule périphérie, à être broyée par l’étroitesse d’esprit de ceux qui rejettent tout ce qui n’entre pas dans leur cadre.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Étiquettes : , Auteur : .

Extraits du livre

Je ne suis pas pratiquante, du moins je ne le suis plus, mais j’aime à penser que la personne que j’affectionne, une fois morte, est aimablement accueillie dans un monde meilleur où vivent les gens purs. Qu’un messager annonce sa venue par des vers épiques, dans un milieu féerique imprégné de doux parfums, où chaque arrivée est reçue fastueusement, où on donne un banquet en son honneur en guise de bienvenue. Nommez-le comme vous voulez : le Paradis, le Walhalla, que m’importe. Je pense que tous les résidents de l’au-delà ont été informés de la mort de Nelson Mandela par l’annonceur de bonnes nouvelles et que tous l’attendent dans un spacieux salon meublé de parures de diamants pour lui donner des témoignages d’affection et d’amitié.

Page 47

Informations complémentaires

ISBN ebook

9782407029433

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

Format livre

122pages

ISBN livre

9782407010448

A propos de l'auteur : Rose Mendy

Rose Mendy

Rose Mendy est le nom français de l’auteur, née Deupetanine Vaz ; son prénom lui a été donné par une Portugaise de passage. Elle est née le 15 juillet 1971 à Bô, dans la brousse en Guinée-Bissau où elle restera jusqu’en 1979 avant de séjourner au Sénégal. Elle est arrivée en France en 1988. Longtemps, elle a nourri du ressentiment pour l’existence tellement elle lui semblait parfois brutale, arbitraire. Elle se range du côté des exclus, de ceux qui sont montrés du doigt parce qu’ils ne sont pas dans la norme, qui rechignent à baisser la tête et bêtement dire oui à tout, qui se sentent à l’étroit dans le troupeau, et ont l’outrecuidance de l’exprimer. Écrire l’aide à respirer loin du confinement dans lequel les bien-pensants ont voulu, depuis sa plus tendre enfance, la maintenir. Elle écrit comme une résistance qui pourrait presque paraître naïve et porte des valeurs de justice réelle.