Point d’orgue ou musique, histoire, politique et religion -: Strana sonata in quattro movimenti

7,9916,90

Qui parle ? Cela explique ce qui est dit.

La grandeur de Bach semble avoir été fabriquée pour servir d’antidote au sentimentalisme romantique.

La révolution commerciale et industrielle ne peut accepter comme morale le primat des sentiments.

L’opéra est le porte-parole de l’idéologie des classes dirigeantes, de leurs projets et de leurs craintes. D’où ses sujets, son public et l’architecture de ses monuments.

L’impact de Sedan sur la musique française, à la fois, complexe d’infériorité et volonté de revanche.

Chaque classe sociale a grosso modo sa musique. Le règne des stars commence. Inquiètes de la montée des classes populaires, les élites s’identifient inconsciemment à l’aristocratie d’avant 1789 : fêtes galantes, menuet, clavecin, chansons grises…

Après la guerre, musique de foire, emporte-pièce, musique à manger tout de suite. Il faut oublier les morts, la faillite de la paix et tenter de reprendre le pouvoir en ayant l’air proche du peuple. Cela avec une musique néoclassique qui préfère la perfection technique à l’expression, et les disques qu’on recopie sans grand souci de sa propre personnalité.

En fin de livre, quelques prières pour tenter de combler le déficit d’âme de nos sociétés où l’argent est devenu Roi absolu.

Effacer

Extraits du livre

Notre société n’a plus besoin d’art s’il n’est pas synonyme d’anxiolytique, d’alcoolisme supérieur, voire d’exploit sportif. Les plus hauts chefs-d’œuvre de la musique ou de la peinture servent aujourd’hui à faire vendre. Pelléas et Mélisande n’existerait pas sans la mauvaise conscience sociale qui tourmente Maeterlinck et ses contemporains.

L’amour n’est qu’en apparence le sujet du drame. Son vrai sujet est la défense de classe et l’indispensable élimination de ceux qui rêvent d’équité sociale.

C’est grâce aux femmes que le piano atteint sa royauté. En France leur importance sociale grandit… Les fauteuils de l’Opéra leur deviennent accessibles à partir de 1870. Elles jouent généralement du piano à 2 ou 4 mains. Elles chantent, elles s’accompagnent. Donc le piano devient l’indispensable ornement de tout intérieur bourgeois.

Tout juste un an avant Sarajevo, Le Sacre du printemps qui a pour argument un sacrifice humain est représenté. La Russie, la France, l’Allemagne souhaitent la guerre. Le printemps des sociétés européennes ne peut évidemment refleurir qu’à la suite d’une boucherie sacrificielle où les insoumis deviendront patriotes pour être éliminés.

Informations complémentaires

ISBN ebook

9782407029624

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

Format livre

175 pages

ISBN livre

9782407010639

A propos de l'auteur : Michel Faure

Michel Faure

L’auteur est un fils de paysan qui a vécu le Front populaire, la seconde guerre mondiale, l’indépendance de l’Algérie, De Gaulle, 1968… Il a fait de longues études de musique, de littérature, d’histoire, d’histoire de la musique et de l’art en Gironde et à Paris ; tout en étant maître d’internat et en fouillant les bibliothèques. Il a rencontré plusieurs musiciens vivants, recueilli des confidences de leur famille, leur femme ou leurs enfants, comme Milhaud, Auric, Jolivet, Daniel-Lesur, Sauguet, Maurice Emmanuel… Élève notamment de Mousnier, de Chailley, de Challan. Un mémoire sur Mme de Sévigné, une thèse sur la Renaissance classique autour de Debussy, Ravel et Stravinsky. Titulaire du CAEM, d’une licence es lettres et doublement admissible à l’agrégation d’Histoire. Professeur de lycée à Laon, à Antony, puis à Toulon. En retraite de l’Éducation nationale depuis 1991, Michel Faure a cinq ouvrages à son actif et une trentaine d’articles en français, allemand et italien. Il avait jeté ses notes au feu quand Rémy Cardinale est venu lui demander de participer à l’Armée des Romantiques. Strana Sonata lui doit d’exister.