Plaidoyer pour le vivant

9,9919,90

Cet ouvrage dresse un état des lieux lucide de nos rapports au vivant. Il propose de fonder notre « agir » sur les capacités limites de la Terre et sa biocapacité. À partir de fondements culturels, il présente un indicateur et des régulations adaptées, en instaurant des responsabilités nécessairement assumées.
En traitant des questions majeures et en intégrant les droits de l’Homme, il situe la chaîne des interdépendances et solidarités, une perspective inédite à ce jour : un réel défi permettant de passer de l’anthropocentrisme à l’éco-partage.
Un énoncé optimiste, constructif, une espérance fondée sur l’intelligence de l’humain, pour le vivant.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

L’humilité s’impose, car si nous avons considéré que nous étions le centre de ce monde unique, nous comprenons peu à peu, avec forces détails que nous n’en sommes qu’un élément.
La logique qui prévaut affecte le vivant dans son ensemble ainsi que ses capacités spatio-temporelles d’évolution, et qui concerne aussi les humains
Dans un contexte d’interdépendance, nous avons créé les conditions d’une dépendance totale de la nature à la satisfaction de nos besoins, même les plus futiles
Cette puissance conduit sans cesse à adapter la nature aux besoins des humains, ce qui entraîne une prédation sans fin sur les écosystèmes et la Terre.
Réapprendre les mécanismes du partage, au plan local, de manière territorialisée, et de manière globale, constitue désormais un impératif de survie.
Ainsi la capacité limite de charge permet de mesurer, au jour le jour et en termes de prélèvements, de déchets et de rejets, l’évolution d’un écosystème et du vivant qui s’y développe.
Engager la voie de « l’OIKOS partagé », notre habitat unique à préserver pour y maintenir les conditions de vie pour l’ensemble du vivant, avec « l’éco-partage ».
Notre conscience nous permet de décider et d’agir en intégrant toutes les conséquences et les responsabilités qui en résultent
Nous savons que quand les règles qui protègent (santé, environnement, droits fondamentaux) deviennent des règles qui empêchent, le pire est possible.
Une nouvelle approche avec le vivant, gage de la paix perpétuelle entre les humains.
Il s’agit bien de construire une perspective fondée sur la capacité des humains à dépasser leur propre finitude dans une dynamique d’espérance
Le défi culturel majeur concerne notre conscience des interdépendances avec le vivant.
Etablir une forme de pacte avec la Terre et entre les humains conduit à déplacer les valeurs de référence
Rendre compte de ses actes ou de ses abstentions pour les autres humains et pour le vivant, ici est maintenant, voilà un défi à relever.
Accepter que le vivant sur la Terre se développe sur un temps long et un processus continu de lente évolution, qu’il s’inscrit dans une logique d’interdépendances continues.
Au-delà de l’indignation, réapprenons à partager cette extraordinaire aventure du vivant que nous offre la Terre

Informations complémentaires

Format livre

363 pages

ISBN ebook

9782407039555

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407020560

A propos de l'auteur : Bernard Drobenko

Bernard Drobenko

Bernard Drobenko est Pr. émérite des Universités, ULCO, des responsabilités pédagogiques et des recherches, notamment dans les domaines de l’urbanisme et de l’environnement. Auteur de nombreux articles et plusieurs ouvrages dont Le Droit de l’urbanisme (Lextenso-Gualino), Introduction au droit de l’eau (Johanet), Le droit à l’eau, une urgence humanitaire (Johanet), il est co-auteur du Code de l’eau (Johanet). Ses engagements auprès d’ONG écologistes et humanistes, comme son parcours, enrichi des échanges sur la plupart des continents, ont nourri les développements de cet essai, un challenge pour l’avenir, pour le vivant.