Onze métiers – Cent Galères – Tome 3 – Années 1971 – 1975

9,9921,90

Reprise de la suite de mes livres de ma série autobiographique « ADHOMO », desquels je supprime les situations très intimes qui pourraient choquer les âmes sensibles et les personnes coincées.
Cette série, que je déconseille aux moins de seize ans, retrace ma vie intime en plus de ma vie sociale et professionnelle, ce qui en fait des ouvrages disparates mais très fournis.
Le présent livre englobe la seconde partie du tome 6, le tomes 7 et la première partie du tome 8 de ma série « ADHOMO » desquels j’ai quelque peu modifié certains passages, et ajouté des situations sans faire l’impasse sur mon particularisme, j’y inclus un métier de plus, prostitué, que je considère comme un métier.
Je garde les passages « gaulois » qui soulignent ma nature, mais sans entrer dans les détails, à retrouver dans ma série plus avant citée.
Mes essais dans la vie active ne sont pas des plus concluants, mon instabilité chronique n’est pas compatible à l’enfermement dans une régularité routinière, me posant la question de savoir comment des ouvriers peuvent tenir cette régularité pour moi déstabilisatrice.
J’y inclus là encore quelques passages « philosophiques » de mon cru, à considérer dans le contexte de l’époque pour ne pas faire de rapprochement avec le fonctionnement actuel des années 2022.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

C’est qu’elle en a vu des quéquettes La Jonquille, d’abord, dès douze ans, celles des occupants qui nous occupaient pendant l’occupation, puis celles des occupés, occupés par les occupants pendant la même occupation mais bien plus occupés à des occupations différentes que celles des occupants, puis celles de ceux qui étaient moins occupés par les occupants occupés par les occupés refusant de s’occuper des occupations des occupants. Puis celles des occupants qui n’étaient pas occupés par les occupés refusant de s’occuper des occupations des occupants des non occupés. Puis celles des collabos, occupés par les occupés qui s’occupaient sournoisement des occupations des collabos des occupants également occupés par les occupés qui s’occupaient des non occupés s’occupant des occupations des occupants. Puis, à la libération, se retrouvant seule et livrée à elle-même, elle s’est occupée des quéquettes des nouveaux occupants libérateurs occupés à chasser l’occupant se désoccupant des anciens occupés aidés par les occupés des nouveaux occupants désoccupés des anciens occupants mais occupés à dénicher les collabos désoccupés des occupations des occupants. La Jonquille c’est la reine de la bite, ça l’occupe.

 

Il y a un bruit d’enfer là-dedans, une chaleur à peine tenable, c’est très impressionnant, le métal fondu coulé dans des moules gigantesques ça me fascine. Il m’explique des tas de choses, j’apprends, de son expérience, comment on coule une pièce d’acier de plusieurs dizaines de tonnes en une fois, le maniement, les précautions, les explosions locales potentielles dues à des problèmes de coulée, ce qu’il faut faire et surtout ce qu’il ne faut pas faire. Je réalise le travail de titan pour construire ne serait-ce qu’un seul navire dans les chantiers navals, beaucoup des pièces produites leur étant destinées.

Cette vie de « manouche » m’a forgé un caractère encore plus difficile mais m’a aussi appris beaucoup de choses, surtout la « démerde » et ses solutions. Je faisais des petits boulots merdiques, certains de quelques heures, puis des virées nocturnes pour ramener du matériel « emprunté » à revendre, un des trois gars avec lesquels je partageais la caravane était un spécialiste, j’ai rarement vu quelqu’un d’aussi habile pour ouvrir une porte, que ce soit d’appartement ou de hangar, à croire qu’il avait des doigts magiques, à peine devant une serrure que cette dernière se laissait faire.

Informations complémentaires

Format livre

518 pages

ISBN ebook

9782407043804

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407024810

A propos de l'auteur : François Ihuel

François Ihuel

Francois Ihuel est né le 24 avril 1950 à Paris. Après une enfance de violences, d'alcoolisme familial et de finances déficientes, suivie d'une adolescence chaotique et incertaine, après avoir tenté de se fabriquer une vie active sociale sans y parvenir réellement il est propulsé dans la routine qui l'insupporte. La découverte de la vie maritale va le murir à grande vitesse, lui montrer ce qu'est l'autre société. Il se trouve confronté à ce qu'il ne peut quitter avec ce qu'il a du mal à assimiler, le contraste est titanesque et perturbant par le relationnel homosexuel lié à son passé récent.