L’ordre ancien dans les écrits de William Butler Yeats et de Léopold Sédar Senghor : contes, légendes, mythes et épopées dans la poétique de leurs récits.

9,99

En mettant en miroir des contenus poétiques et mythiques aussi distants, notre projet est de susciter un réel intérêt à faire dialoguer les cultures et de montrer que plus que nous pouvons le soupçonner, l’imaginaire populaire peut bien constituer une base solide pour faire converger les vérités humaines.

La reconstitution du passé entreprise par Yeats et Senghor, deux chantres de l’ordre ancien, nous offre une possibilité d’interpréter l’imaginaire collectif irlandais et négro-africain. La voix des récits de la tradition orale est si audible dans leurs écrits que tenter de l’étouffer ou de l’ignorer nous semble peu probable.

S’il faut chercher un terrain de prédilection où les peuples pourraient se retrouver sans qu’aucun n’ait à rougir de la suprématie de l’autre, il faudra tenir compte des structures originaires qui ne souffrent d’aucune hypocrisie intellectuelle. Sans doute cela permettrait-il à chaque peuple de s’identifier à un modèle qui lui est propre.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

Les péripéties d’une époque particulièrement violente et incertaine pour ce qui concerne l’Irlande et d’une période marquée par la quête d’une identité pour l’Afrique noire installent le discours traditionnel dans les littératures irlandaise et négro-africaine. (p 11)

Le prestige qu’ils conféraient à leur mémoire collective constituait une façon de faire un saut historique pour oublier l’instant pressant et menaçant de leur douloureux présent. (p 11-12)

Ils avaient fait ce choix de « retourner aux éléments primordiaux » (Senghor 1990 : 254) pour trouver refuge à la surenchère politique et culturaliste de leurs époques. Les histoires liées à la genèse de leurs terroirs, les figures qui ont marqué le cours de la vie de leurs peuples semblent pouvoir faire bonne figure pour restaurer l’image de l’Irlandais et du Négro-Africain. (p 9)

Malgré la distance spatio-temporelle qui les place si loin l’un de l’autre, l’orchestration traditionnelle s’effectue dans une forme de communion entre les deux poètes unis par la résonnance de l’héritage ancestral qui s’entend à travers leurs différents recueils de poèmes. Senghor et Yeats, bien qu’originaires de deux aires culturelles différentes, ont eu cette correspondance miracle de recréer des univers mythico-épiques qui présentent beaucoup d’homologies. (p 15)

Informations complémentaires

Format livre

426 pages

ISBN ebook

9782407040438

Version

Ebook téléchargeable

A propos de l'auteur : Aliou DIOUF

Aliou DIOUF

Né à Mbédap, un petit village près de l’arrondissement de Tattaguine dans la région de Fatick, en 1978, Aliou Diouf est un enseignant sénégalais. Après des études d’anglais à l’université Cheikh Anta Diop de Dakar, il se consacre d’abord à l’enseignement moyen et secondaire puis retourne à l’université et obtient une thèse de doctorat unique en littérature anglaise. Il exerce actuellement la fonction de censeur au lycée de Thiadiaye près de la ville de Mbour, lieu où il réside avec sa famille. Auteur de plusieurs articles publiés dans des revues nationales et internationales, il prône une relecture des ethno-textes des civilisations anciennes et met principalement en miroir les traditions orales gaélique et négro-africaine.