Les Hmongs ont un roi – Le destin extraordinaire d’un homme ordinaire

6,9913,90

Ceci est l’histoire d’un homme ordinaire au destin extraordinaire.

Le gendarme Clément, affecté en Indochine dans les années cinquante, se retrouve en charge de la communauté Hmong favorable à la France et qui s’engage dans le conflit. Il est adopté par ce peuple singulier au point d’en devenir « le roi ». Le récit le suit dans son ascension jusqu’au désastre de Diên Biên Phu.

De retour en métropole, il souffre d’avoir abandonné « son peuple », ainsi que celle qui lui fit découvrir le grand amour. Mais sa rencontre avec un psychologue le ramène vers les Hmongs, sur un autre continent cette fois, et vers la défense d’un nouveau peuple : les Indiens guyanais.

Le roman parcourt une page de l’histoire de France et honore ces hommes qui nous firent confiance et que nous avons trahis.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

À l’intérieur du pays, on comptait de multiples ethnies dont certaines avaient fait allégeance à la France et montraient leur fidélité. Dans la plupart des cas, ces tribus étaient chrétiennes, ce qui renforçait leurs convictions, par peur du communisme, idéal politique choisi par les dirigeants Viêt-minh, qui leur faisait miroiter des lendemains de bonheur et de prospérité dans une indépendance complète.

Informations complémentaires

Format livre

119 pages

ISBN ebook

9782407038626

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407019632

A propos de l'auteur : Jacques le Guyader dit de Boisguy

Jacques le Guyader dit de Boisguy

Jacques Le Guyader dit de Boisguy est né au Maroc où il passa son enfance et son adolescence dans le Sud marocain. Il termina ses études en France, choisissant la médecine, période pendant laquelle il prit goût à l’écriture en travaillant comme rédacteur dans Le Télégramme de Brest. Il choisit la spécialité neurologie et suivit les étapes classiques : internat, assistant puis chef de service dans deux hôpitaux militaires, avant de s’installer en libéral où il exerça durant vingt ans. Parallèlement, il eut une riche activité sociale en tant que président de la Croix Rouge de Brest et on contribuant avec d’autres associations à l’ouverture d’un centre de soins pour la prise en charge de personnes en difficulté et SDF. Il s’est également dédié à la prise en charge de jeunes épileptiques et fut à l’origine de la construction d’un centre d’accueil pour malades d’Alzheimer graves. En retraite depuis 2018, il se consacre à ses passions que sont l’archéologie, l’histoire et l’écriture.