Les grands fléaux de l’Afrique subsaharienne

7,9918,90

Dans cette œuvre, l’auteur aborde un ensemble de problèmes récurrents liés à la traite des esclaves, aux guerres interethniques, aux souffrances de la femme, aux maladies, mais aussi à la sorcellerie, à la chasse touristique, à la piraterie. Le passé y éclaire souvent le présent pour mettre en exergue les exactions effroyables de l’homme, mais aussi ses douleurs. Ces essais sont autant de réponses à ceux qui se dissimulent derrière les non-dits, les mensonges et les tabous pour affirmer des inepties qui alimentent la haine. L’auteur a voulu libérer la vérité des sombres oubliettes de la mémoire collective.

Même la nature n’est pas en reste pour infliger des tourments aux hommes.

UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

EXTRAITS DU LIVRE

Les esclaves qui ne pouvaient plus avancer au rythme désiré étaient achevés par les maîtres des convois.

*****

Et ces malheureux Pygmées, simples chasseurs et cueilleurs, adaptés à une vie simple en harmonie avec la nature, peuvent donc disparaître dans le silence éprouvant de la communauté des Terriens.

*****

Une nouvelle malédiction est apparue surgissant sournoisement de la forêt équatoriale : Ebola.

*****

Les Africains noirs proches des Boers ainsi que leurs femmes et leurs enfants furent également placés dans trente-huit camps de reconcentration dans des conditions pitoyables. Il leur fut infligé le travail forcé.

*****

Afrique de l’indicible mystère de l’âme humaine qui privilégie les forces ténébreuses de la sorcellerie au détriment des cadres rassurants de la raison.

Informations complémentaires

ISBN ebook

9782407034789

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

97824070115795

Format livre

209 pages

A propos de l'auteur : Alain Duprat

Alain Duprat

Formé à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Bordeaux, Alain Duprat est professeur d’Histoire retraité. Il est l’auteur de pièces de théâtre. Outre ses activités de dramaturge, Alain Duprat est conférencier et conseiller. Pour avoir professé en Martinique, la terre d’origine de sa famille maternelle, et en Guyane, il s’est intéressé aux drames humains liés au commerce des esclaves qui fut un choix délibéré pour le développement économique des colonies. Alors il en est venu naturellement à étudier l’Afrique subsaharienne, terre d’origine du bétail humain. Il a pu réaliser que les hommes ne parviennent pas de nos jours à rejeter tous les comportements néfastes du passé.