Le vent sur le sentier

6,9916,90

Il s’agit d’un livre d’émotions, par lequel j’essaie de retrouver un passé qui s’enfuit, alors que je propose une manière de vivre. Encore une… !
Vous y trouverez la nature, en premier lieu, puis les passions de toujours : l’amour, le mépris, la peur, la lutte incessante qui nous est exigée à tous, nos espoirs, nos défaites, et même l’abandon ; la lâcheté aussi…
Mais surtout, vous y trouverez des rêves, des soucis ; des propos d’engagements, et les souvenirs et les caresses que l’on ne peut oublier.
Tout ceci, sachant bien sûr que la poésie enferme une intention didactique, une sorte de philosophie d’amateur, et qu’elle reste infantile,
Innocente peut-être… ?
Bien que, des fois, comme ici, elle devient dénonce, se prêtant à toute guerre contre l’insouciance ou l’injustice.

UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

Le bord…
La fin. II

Laissez-moi sur n’importe quelle rive
au coucher du soleil
en ce mois de mai.
Abandonnez-moi devant la lune,
déjà si haute dans le ciel,
devant les arbres endormis,
devant les épis de la terre
qui mûrissent déjà.
Que mes ouïs entendent
les plaintes du vent.
Que mes yeux fatigués voient passer la vie,
la belle vie,
avant qu’arrivent des étoiles bleues
et le silence…

Informations complémentaires

Format livre

153 pages

ISBN ebook

9782407039814

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407020829

A propos de l'auteur : Adolfo Pérez Sánchez

Adolfo Pérez Sánchez

Né en 1957, à Buenaventura, un tout petit village espagnol que l’on pourrait croire issu d’un film de Marcel Pagnol, avec ses maisons blanchies à la chaux, et sa misère supportable. Il fut émigrant dans les années soixante, vint en France avec sa famille, et là, il put terminer l’école primaire, revenant ensuite en Espagne pour finir son baccalauréat, et commencer des études de philosophie à l’université de Madrid. Et plus tard, les chemins, quelques emplois, toujours urgents et précaires, sa nouvelle famille, la vie d’adulte. Et maintenant, cette petite et ultime insolence : le désir irréfrénable de dire ce qu’il sent et ce qu’il pense. Il attend ne pas trop vous ennuyer.