Le pétrole algérien – les barils de la peur

9,9922,90

 

En Algérie, la rente pétrolière assure 97% des revenus de l’exportation, le secteur hors hydrocarbures étant toujours en jachère depuis l’indépendance du pays. À l’horizon 2030-2035, avec le rétrécissement du potentiel pétrolier national, le pays serait contraint d’arrêter les exportations des hydrocarbures pour répondre à une demande interne galopante. Mon livre a pour intention d’avertir les pouvoirs publics algériens sur l’absence d’un État-providence en matière de gouvernance visant à libérer l’économie nationale de l’emprise rentière au risque de plonger le pays dans les abysses des disettes d’autant plus qu’à cet horizon l’Algérie sera assise sur une poudrière latente de 50 millions d’habitants et qui peut s’enflammer à tout moment.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

En pétrole, l’incertaine « richesse » coule au rythme du capricieux marché, au rythme du fragile baril. Ce dernier fixe le budget annuel des rentiers et décide de la qualité de vie des populations.

Page 11 l. 9 à 11

 

Continuer à veiller à sa poule aux œufs d’or est désormais une arme révolue : l’avenir n’appartient plus à celui qui détient le plus de pétrole mais à celui qui détient les bons moyens de l’extraire afin d’en faire un meilleur monde pour ses populations.

Page 228 l. 14 à 18

Informations complémentaires

Format livre

590 pages

ISBN ebook

9782407040711

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407021727

A propos de l'auteur : Mohamed Saïd Beghoul

Mohamed Saïd Beghoul

Mohamed Saïd BEGHOUL, géophysicien de formation, a passé une trentaine d’années au sein du groupe Sonatrach, à exercer son métier d’explorateur pétrolier, gravissant l’échelle des responsabilités de simple ingénieur à PDG d’une filiale du groupe, détenue à 49 % par l’américain Halliburton, mais sans pour autant être un militant de la rente pétrolière. Il se posait alors, souvent, la question suivante : « L’Algérie pourrait-elle vivre, un jour, sans pétrole ? » Il a écrit ce livre pour interpeller les pouvoirs publics algériens sur les menaces socio-économiques qui se profilent à l’horizon 2030-2035 quand les réserves pétrolières ne suffiront plus à satisfaire, à la fois, le marché local et les exportations pour l’achat de la paix sociale.