La tendinite n’existe pas

7,9918,90

Fréquemment utilisée dès qu’il s’agit d’une lésion de l’appareil locomoteur, la «tendinite» signifie souvent une souffrance. Elle remplace dans le langage courant une lésion ligamentaire, une lésion musculaire ou une lésion articulaire. Pourtant, toutes celles-ci ont des diagnostics précis avec une terminologie adaptée : l’entorse, la rupture capsulaire ou d’aponévrose, l’arrachement ou la fracture osseuse, la solution de continuité, l’élongation, le claquage, la rupture musculaire… Utilisée par tout un chacun mais également par les professionnels de santé, cette terminologie «tendinite» sous-entend une lésion tendineuse avec un processus inflammatoire lié au suffixe «ite». En fait, les choses sont un peu plus compliquées. S’il existe un processus inflammatoire au début de la lésion tendineuse, généralement celui-ci ne dure pas plus de quelques heures. Les études en microscopie électronique examinant les différentes phases de la reconstruction tendineuse, ont permis de bien confirmer qu’il n’existe quasiment pas de cellules inflammatoires lorsqu’un tendon est lésé. Le diagnostic d’une lésion tendineuse utilise plutôt le mot «tendinopathie» dans le milieu professionnel médical. Des signes spécifiques d’examen clinique et des examens complémentaires confirment ce diagnostic et donnent les caractéristiques de cette pathologie. Le diagnostic précis retenu, un traitement adapté peut alors être proposé. De nombreux moyens thérapeutiques existent pour endiguer, soulager et guérir une tendinopathie. Les tendances actuelles sur la recherche et les différentes thérapeutiques innovantes permettant de guérir une tendinopathie sont ici évoquées. Doit-on parler de « tendinite » ? « La tendinite existe-elle » ? C’est l’essentiel du thème de cet ouvrage.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

Arrêtons de parler de « tendinite » car aucune cellule inflammatoire n’est retrouvée sur un tendon malade en dehors de rare maladies inflammatoires générales d’origine rhumatismale.

Parlons de tendinoses, de paratendinoses ou de tenosynovites et plus communément de tendinopathies.

Les tendons sont constitués de faisceaux de nature fibreuse, plus ou moins denses, flexibles, très résistants doués de propriétés viscoélastiques, capables d’emmagasiner de l’énergie pour la restituer.

Le tendon est un tissu vivant qui se reconstitue lentement.

Les tendons sont plus résistants que les ligaments.

En physiopathologie des tendons, il existe des facteurs favorisant les tendinopathies qui sont des facteurs intrinsèques ou des causes extrinsèques à l’individu.

Pour retenir le diagnostic de tendinopathie, il est capital d’avoir au moins trois signes contemporains :

– La douleur à la contraction contre résistance du tendon du muscle lésé.

– La douleur à l’étirement du tendon

– La douleur à la palpation du tendon.

Les causes des tendinopathies sont multiples et diverses. Elles peuvent être d‘origine sportive, infectieuse, posturale, allergique, fongique, médicamenteuse, alimentaire, hydrique.

Arrêtons de parler de « tendinite « chez l’enfant. Il se fait une ostéochondrose de croissance.

Le diagnostic est clinique. Une origine plus globale, à distance de la zone douloureuse est souvent retrouvée.

Les radiographies ne servent qu’à éliminer un diagnostic différentiel de pronostic plus grave.

Le traitement est symptomatique mais nécessite parfois une prise en charge plus imposante pour éviter une évolution longue et invalidante sur le plan locomoteur et psycho affectif.

Le tendon du senior et de la personne âgée se lèse plus facilement et cicatrise plus lentement que celui de l’adulte jeune.

 

Pour prévenir les troubles tendineux, les facteurs de risque doivent être cernés, puis éliminés.

 

La prévention des tendinopathies doit se faire avant tout par la formation et la sensibilisation.

Informations complémentaires

ISBN ebook

9782407030446

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

Format livre

209 pages

ISBN livre

9782407011452

A propos de l'auteur : Dr Marc Rozenblat

Dr Marc Rozenblat

Le docteur Marc Rozenblat est médecin du sport et de médecine manuelle orthopédique et ostéopathique. Il vit et respire «médecine du sport» et pratique sa passion depuis plus de 30 ans. Reconnu par ses pairs, il a été président de la Société Française de Traumatologie du Sport. Actuellement, il est maître de stage universitaire, dirige l’enseignement pédagogique de Médecine Manuelle Orthopédique et Ostéopathique de la faculté de médecine de l’Université- Paris-Est-Créteil et enseigne à de futurs médecins. Il partage ses compétences avec les autres professionnels de santé dans le sport de compétition, dans le sport-santé et préside le Syndicat National des Médecins du Sport-Santé. La synthèse de ses connaissances lui permet d’avoir une approche singulière vis à vis des pathologies tendineuses. Ses réflexions remettent en cause des dogmes et des croyances tout en s’appuyant sur des données scientifiques récentes qui corroborent ses propos. Son analyse sur ce sujet commun aux multiples facettes est ici présentée dans la «tendinite n’existe pas».