La fin du déni

6,9914,90

J’ai connu l’inceste paternel dès l’âge de mes 8 ans. À partir de ce jour, ma vie a été brisée, et c’est après de longues années de thérapie, accompagnées de séance d’EMDR, que je revis actuellement.

L’apprentissage et la pratique de la respiration, de la méditation, de la pleine conscience, de la relaxation, de la sophrologie, du yoga et du Thaïchi ont également été un précieux appui.

Mon recueil parle des conséquences catastrophique de l’inceste ; fuite dans les drogues, les surdoses médicamenteuses, les scarifications, les tentatives de suicide, le schéma de répétition par mon mariage, et une terrible anorexie…

Mes lignes relatent ma première et si dure hospitalisation lors de ma première anorexie.

Aujourd’hui guérie, je voudrais dire aussi combien ma foi, mes sorties dans le parc, la contemplation, la musique et, bien sûr, l’écriture, n’ont jamais cessé de me donner espoir et de me relever.

Pendant quarante-cinq ans, j’ai vécu dans le déni et, comme beaucoup de victimes d’inceste le font, j’ai adulé mon père. Je souhaite que mes nouvelles lignes annulent et corrigent ce que je pensais avant, et rétablissent la vérité.

Je voudrais aussi redonner espoir, et la même joie dans laquelle je vis aujourd’hui, à toutes les personnes ayant vécu ce traumatisme.

Derrière les nuages, il y a toujours un rayon de soleil qui nous berce, une brise légère qui caresse notre visage, le chant des oiseaux qui égaie notre journée, un sourire échangé et la splendeur des cieux qui réchauffe le cœur.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

Je revois la scène.

Mon père entre dans ma chambre lentement, je crois même en douceur. Quelle illusion ! Car à huit ans, je l’aime. Ma mère est absente et je reporte tout mon besoin d’amour vers mon père.

Il entre et s’approche. Il s’assied auprès de moi sur mon lit. Il tient un thermomètre dans sa main. Je suis d’abord terriblement surprise. Lorsqu’il me dit vouloir prendre ma température, je suis atrocement gênée. Je me dis : « Pourquoi maman n’est pas là ? ». Avec la même tranquillité, il m’allonge sur le ventre. Je suis paralysée. J’ai peur…

Puis… c’est si dur à écrire.

******

Je voulais mourir mais je n’avais pas la force de le faire. Alors j’ai arrêté de manger, sans me rendre compte que je rentrais alors dans « une mort à petit feu ».

J’ai d’abord supprimé de mon alimentation tout sucre, tout féculent, toute matière grasse, puis, progressivement, viande, œufs et poisson. Deux à cinq cafés me donnaient la force de m’occuper de ma fille, devenue alors la seule motivation de ma vie sur terre. Tout mon amour était pour elle.

Inutile de dire que je ne m’aimais plus…

Ainsi, j’ai « survécu » pendant environ dix mois, perdant chaque semaine davantage de poids. Je ne me voyais pas maigrir…

Informations complémentaires

Format livre

136 pages

ISBN ebook

9782407038459

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407019465

A propos de l'auteur : Béatrice Vidalin

Béatrice Vidalin

La plume de Béatrice Vidalin a toujours bercé ses jours, faisant jaillir en elle la joie, l’espoir. Son premier livre, « Maman, raconte-moi notre odyssée », racontant l’adoption de sa fille au Vietnam, a été édité il y a 25 ans. Elle a continué d’écrire pour respirer, faire taire la souffrance, et vivre… Écouter l’oiseau chanter, admirer une fleur, la mer, ou contempler les cieux. Abusée dès l’enfance, elle a vécu, adulte, une sévère anorexie. Ce dernier livre relate les conséquences terribles de l’inceste et comment sortir de l’anorexie.