La différence

7,99

Cette histoire émouvante nous plonge dans l’univers d’une petite fille nommée Ségolène. Issue d’une famille aisée, elle naquit après la perte de deux êtres chers ; elle n’était pas attendue… Elle trouva donc l’affection auprès de sa nounou noire, Antoinette, qui lui servit de mère de substitution pendant la première partie de son enfance. Elle s’est construite grâce à elle.
Tout dans sa vie la différenciait des autres petites filles de son âge, à commencer par ses cheveux roux, et son teint blanc comme le lait, qui lui valurent bien des moqueries…
Sur l’Île Maurice des années 1970, où régnait encore un racisme flagrant, c’était une chance, croirez-vous, d’être née dans une famille aisée ! Oh… non ! Cela ne suffisait pas : trop différente, infréquentable. Impossible donc de se faire une place au sein de son « milieu ». Arriverait-elle à tracer sa voie dans cette vie qui débutait si mal ? Trouverait-elle le bonheur, le succès, l’amour ?

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Informations complémentaires

ISBN ebook

9782407037742

Format livre

263 pages

Version

Ebook téléchargeable

A propos de l'auteur : Geneviève Langlois

Geneviève Langlois

L’auteure est issue d’une famille mauricienne, descendant de colons français, arrivés sur l’Île Maurice au XVIIIe siècle. Ses grands-parents vinrent de France en bateau en tant que médecins. Cet ouvrage relate certains épisodes de l’enfance difficile de l’auteur, sa vie, son cheminement. Il raconte l’Île Maurice des années 1970 – 1980, où la discrimination raciale était pour elle une incompréhension totale. Elle s’est toujours battue seule, s’entourant de peu de monde, mais de soutiens sincères, bien souvent issus de la communauté créole ou noire, contre l’avis des siens. Elle refusa d’être « un mouton de Panurge », comme ceux de son milieu social et se fit des amis dans toutes les communautés. Elle avait une soif de liberté, de vivre, de découvrir le monde, et d’assumer ses convictions, en dépit du regard désapprobateur des autres. "Les qui dimoune pou dire", elle ne s’en souciait guère.