Electron libre

7,99

Qui sommes-nous si ce n’est Unité ?

À travers ce récit, j’ai souhaité expliquer et montrer en images tout ce qui a pu être réalisé grâce à la solidarité. Vous y trouverez des clés si vous souhaitez œuvrer en ce sens et beaucoup d’amour. En vous procurant ce livre, vous participez déjà aux prochaines aventures, car les sommes perçues par la vente de cet ouvrage serviront aux nouveaux projets et ceux en cours.

Si une simple citoyenne telle que moi, mère célibataire, sans grande fortune a pu rendre vie à tant de visages et voir renaître tant de sourires et d’espoir, n’est-ce donc pas à la portée de tous? J’ai si souvent entendu : «  Mais que veux-tu faire ? Tu ne vas pas sauver le monde, c’est ainsi, ça l’a toujours été et tu n’y changeras rien ». Certes, je n’ai jamais eu la prétention de vouloir sauver le monde, mais je peine à être spectatrice sans agir. Observer ce qui se passe dans le monde, me dire que c’est triste ou terrible puis reprendre ma vie n’est pas compatible avec mon état d’esprit. Lorsque je ne peux m’engager car l’instant ne s’y prête pas, je préfère m’abstenir au maximum de l’actualité et en profiter pour me ressourcer et me revitaliser jusqu’au moment où je pourrai à nouveau me mobiliser et apporter cette goutte d’eau menant à mon tsunami d’amour tant attendu.

Utopique ? Peut-être… Quoi qu’il en soit, les milliers de repas distribués, les tonnes de vêtements
récupérés, lavés, triés puis redistribués, les toits recouvrant des centaines de familles, les cahiers d’écoles et crayons qui ont fait la joie des enfants, toutes ces âmes qui se sont ravivées et la lumière diffusée, tout cela est bien réel et a pu être réalisé grâce à nous tous.

Certes, je suis l’auteur de ce livre, mais l’histoire, c’est nous tous ensemble qui l’avons créée. Merci.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

Nous avions apporté des valises pleines d’habits pour les orphelins que j’avais récoltés auprès de mon entourage. Le premier jour de notre arrivée à l’orphelinat, les matrones, comme nous les nommions – il n’y avait que des femmes qui travaillaient à l’orphelinat – nous accueillirent le regard sombre, le visage dur et fermé et j’avais le sentiment de déranger. Je me faisais une joie de commencer, mais l’accueil me refroidit quelque peu. Lorsque je donnai la valise pleine d’habits, elles l’ouvrirent en communiquant entre elles sans nous prêter d’attention, auscultèrent un à un les vêtements, qui étaient tous comme neuf, avec mépris et ne prirent que quelques pièces en me signifiant bien d’un geste de la main de remballer le reste et de repartir avec. Lorsque je retournai à la maison des bénévoles en expliquant la situation au coordinateur, il me dit de ne pas m’inquiéter qu’il les garderait pour son petit-fils. Sur le coup, je me dis qu’au moins ils seraient utiles à quelqu’un. Je ne savais toujours pas pourquoi les matrones n’en avaient pas voulu. Par la suite je compris que tout était corrompu et que tous profitaient de l’aide, sauf les orphelins. Eux restaient dans leurs habits souillés d’urine et de selles. On ne leur apprenait même pas à aller aux w.-c.

Informations complémentaires

Format livre

173 pages

ISBN ebook

9782407037643

Version

Ebook téléchargeable

A propos de l'auteur : San

San

Les premières récoltes de fonds resteront inoubliables face à tant de réticences, de reproches et d’attaques. Discréditée et moquée, elle a continué à faire front. Fidèle à ses convictions, remplie de cette force, poussée par ce désir ardent de porter de la lumière de par le monde. Seule, accompagnée ou en groupe, chaque mission, rencontre, voyage fut un océan d’aventures, de marées hautes et marées basses, d’instants forts souvent magiques, gravés à jamais. Des milliers de rencontres, de familles, d’enfants, de jeunes mineurs isolés, de tribus. Des natures époustouflantes, des paysages vertigineux, des décors contrastant avec la dureté du vécu au quotidien. Des endroits sombres, des hangars remplis de tentes et de familles en survie, des chaleurs étouffantes, des odeurs infectes, une insalubrité totale, une hygiène inexistante. La beauté du partage et de la solidarité, l’ignominie de la corruption, de la maltraitance et de la malveillance. Larmes de joie, larmes de tristesse, force et dépit, courage et déception, santé et maladie. Chaque instant, chaque événement, chaque rencontre, chaque échange et chacune de ses expériences ont été le moteur qui lui a permis d’évoluer constamment, de grandir, d’apprendre et de continuer à diffuser amour et lumière. Pour chacun de ces privilèges, elle dit chaque jour à la vie, merci.