Église sans clé du paradis

8,9918,90

Melissa vivait heureuse dans son foyer avec Robin, son mari, et son fils Martin. Mais cette union sacrée se brisa le jour où leur pasteur, Robelo, accusa injustement l’enfant de sorcellerie. Éjecté dans la rue à l’âge de neuf ans, le petit innocent perdit toutes ses espérances. Par un concours de circonstances, il réussit à changer sa situation, mais son âme, ternie par les rejets, resta hantée par les mauvais anges jusqu’à la mort.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

 

« Quand on interroge les Congolais en République démocratique du Congo, pour savoir à quelle époque a commencé le fléau des enfants de la rue, sans réfléchir ni hésiter, ils répondent que c’est au moment où les « églises de réveil » devinrent si prolifiques, comme des végétaux sans fleurs ni chlorophylle. » p. 9

« Pour s’adresser au chef de famille, les esprits malfaisants s’attaquent à l’enfant ou à l’épouse. » p. 20

« Quand on ne se connaît pas, on court toujours un grand danger dans chaque bataille qu’on livre. » p. 49

« Tuer un serpent pour ne pas s’exposer à son venin est un acte légitime. » p. 97

« Les infections de la religion avaient provoqué une épidémie démentielle, difficile à enrayer. » p. 109

« Le seul moyen de quitter l’enfer, c’est d’accepter de danser avec le Diable ! » p. 125

« Le mal retourne toujours là où il a commencé en provoquant souvent des dégâts dévastateurs. » p. 146

Informations complémentaires

Format livre

259 pages

ISBN ebook

9782407038169

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407019175

A propos de l'auteur : Sylvain Samba Lovi

Sylvain Samba Lovi

Sylvain SAMBA LOVI est un écrivain natif du Congo (RDC), vivant actuellement en France, à Saint-Nazaire ; il a vécu toute son enfance et sa jeunesse dans une société où l’injustice et l’intolérance contraignent la population à mourir de faim, de viols, de maladies et de massacres. À travers ce roman coloré d’un rare réalisme, l’auteur annonce le grand moment où les martyrs d’Afrique, vivants et morts, convergeront pour arrêter à jamais le syndrome du mal africain.