Avec un trait d’Angostura

6,99

Après une grave maladie et la débâcle de son couple, un médecin, Philippe, la quarantaine, se réfugie dans sa résidence secondaire à Agadir où, comme cela lui arrive souvent, il est abordé dans un bar du front de mer par Nassima, une jeune fille encore lycéenne qui drague les touristes pour gagner de quoi aider sa famille et s’offrir ce dont elle rêve. Elle ne considère pas cela comme de la prostitution, elle est vierge et entend le rester jusqu’à la rencontre de « l’homme de sa vie ». Elle le manipule assez pour obtenir qu’il l’héberge et l’aide à reprendre ses études avec la complicité de l’un de ses amis, Louis, professeur, et malgré les recommandations de Maurice et Rachid qui le mettent en garde en raison des risques qu’il encourt puisque Nassima est mineure. D’une cohabitation compliquée, on en arrive à une liaison inévitable – elle, découvrant des sentiments bien différents de ceux de la lolita amorale qu’elle voulait être et lui, espérant un bonheur qu’il pensait impossible.

Maurice, l’ami fidèle hâbleur à la « tchatche » couleur locale, et Rachid le condisciple dévoué les aident à vivre une liaison apaisée malgré des différences (âge, éducation, culture) qui paraissent insurmontables. Lorsque Nassima se retrouve enceinte, un mariage bâclé régularise leur liaison mais ne règle en rien l’ambiguïté des sentiments de Philippe, d’autant qu’après un baby-blues Nassima plonge dans une dépression qui rompt les liens affectifs qui peu à peu avaient remplacé l’attirance purement sexuelle qui les unissait. Nassima s’enferme dans une relation « psychotique » avec son enfant et Philippe trouve auprès d’une femme qui le materne et l’écoute une échappatoire à un couple devenu infernal. Nadya l’aide à vivre ce nouvel échec comme elle l’aidera à mourir. Elle aura été la seule femme à l’aimer comme il avait voulu qu’on l’aime.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

 

« Affalée dans l’un des Chesterfield au fond du bar, elle regardait les ongles de sa main gauche trop fixement pour que ce ne soit pas étudié. Philippe passa, elle décroisa les jambes avec une lenteur calculée qui laissa béer son entrecuisse, la blancheur satinée du slip tranchait sur l’ocre de la peau, elle tirait sur une cigarette. Il chercha vainement le titre d’un film où il avait vu un truc comme ça, sa mémoire était fracassée.»

******************

« — Au stade où elle en est, elle n’a plus de sexe, elle n’a qu’un utérus, dit Louis et il ajouta : je dirais même qu’elle n’est qu’un utérus avec quelques trucs autour pour faire beau.

Elle cria depuis le salon où elle feuilletait une revue :

— Arrêtez de parler de moi comme si j’étais de la viande !

— Mais ma chérie, tu es de la viande !

Il s’était approché et lui caressait le ventre :

— Tu es une grosse poule qui couve son poussin et sais-tu ce que l’on fait de la poule après la couvaison ? On lui tord le cou et on en fait une bonne soupe !

— Vous êtes dégueulasses, vous me donnez envie de vomir. »

Informations complémentaires

Format livre

126 pages

ISBN ebook

9782407041701

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407022717

A propos de l'auteur : Adrien Salignac

Adrien Salignac

L’auteur a passé sa jeunesse au Maroc, sa seconde patrie, à l’époque où c’était un pays sauvage et fier et pas seulement un lieu de villégiature ; il y a gardé des liens forts avec des amis dont il aime la fidélité, la joie de vivre et la tchatche qui est, au-delà du folklore, cette capacité à tourner en dérision tout ce que la vie peut avoir de tragique et d’absurde. Puis il a longtemps pratiqué la médecine en Afrique où l’approche de la maladie, de la folie en particulier, et de la mort est si différente de ce qu’elle est en Occident. Peut-être est-ce sa propre difficulté à réintégrer de retour en France les codes et les rites de notre société qu’il a dédiée à son personnage principal sans pour autant en faire un double. Mais il y a des pertes non réparables, des chagrins ineffaçables, des joies ineffables que l’auteur a sans doute en commun avec lui et qu’il a voulu partager avec ses lecteurs.