ARMIDELLA le Moineau et le Roi

9,9919,90

Cette fable est la suite d’Armidella et le Chevalier. Le personnage qui donne son nom au roman représente la quête d’un petit moineau tombé amoureux de cette belle serine enlevée devant ses yeux par des soldats.

L’ayant retrouvée (objet du premier livre), Pierrot, le moineau, héros de cette fable, pensait en avoir fini avec cette aventure pour le moins périlleuse, car pleine de rebondissements. Or invité chez le roi de France, celui-ci profita de sa présente fortuite, mais bienvenue pour ses projets. Il confia à Pierrot une mission secrète d’enjeu national pour le royaume.

Pierrot comprenant que cette mission mettait en danger le chevalier avec lequel il était venu en terre de France depuis son Orient natal et avec lequel une forte amitié s’était nuée, s’obligea à obéir au Roi. Mais, dans un premier temps son trouble lui fit retarder l’échéance par des égarements dans Paris. Puis dans un deuxième temps, tout au contraire, trop de précipitations lui firent écouter nombre de charlatans sur son parcours (le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle). Enfin Pierrot et ses compagnons de route finiront par retrouver leur village, le château du chevalier, le seigneur Hugues qu’il s’efforcera de sauver, tout en obéissant à l’ordre royal, mais dans des conditions totalement imprévisibles.

Quant à la belle serine que Pierrot chérissait tant, elle finira par réapparaître, mais au prix de rebondissements improbables, dans cet univers du Moyen Âge ou les forces obscures jouaient un rôle essentiel et firent basculer les évènements vers une fin apocalyptique où une fée tiendrait toute sa place.

Si cette fable peut s’apparenter à un conte philosophique, c’est en mettant en perspective l’écart gigantesque qui existe entre le personnage principal, un moineau et la mission qu’on lui impose. C’est bien la question de la légitimité de l’action qui est posée, celle de Pierrot et la nôtre, dans notre travail, dans toutes nos entreprises, dans notre place dans la société.

Pierrot tire sa légitimité dans le désir de pouvoir aider son chevalier et le sauver des griffes royales par sa position personnelle, sa proximité. Il se sentait indispensable malgré la difficulté.

Nous aurons pu mesurer tout au long de ces deux opus l’évolution du héros, parti de rien, avec un simple désir de secourir une oiselle, de la retrouver dans ces temps de guerres, de Croisades, pour finalement la retrouver et dépasser son sentiment personnel, jusqu’à accomplir une mission d’une raison d’état.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

EXTRAITS DU LIVRE

Dialogue entre le roi et le moineau :

– Tu m’as l’air troublé par cette idée ? Un comte ou un autre, quelle importance quand il s’agit de bâtir un royaume !

Non, vraiment aucune, mais il me semble que ce comte mérite une autre considération de votre part. C’est vrai qu’il défend les intérêts d’une famille souveraine dans cette province, mais il la régente avec des idées modernes, chevaleresques, des villages sont affranchis, des fermiers deviennent propriétaires, des bergers gèrent leur troupeau. 

– Si un jour tu refais ce voyage, prends garde à toi, ce chemin fut autrefois le lieu d’autres cortèges, d’autres initiations, d’autres cérémonies. C’est un véritable voyage dans le Temps où tu pourrais voir Clovis, Charlemagne et être également témoin de la crucifixion du Christ, affirma Louis, très au fait des légendes qui jalonnent son territoire.

 

Informations complémentaires

Format livre

327 pages

ISBN ebook

9782407036325

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

ISBN livre

9782407017331

A propos de l'auteur : Alain Reboul

Alain Reboul

L’auteur a eu très jeune l’encouragement à l’écriture. C’est d’abord par la lecture de ses textes de « rédaction » au collège par son professeur de français qu’il a eu cette révélation d’un don particulier. Mais cette aptitude n’a pu s’exercer dans un premier temps que dans le cadre purement scolaire, jusqu’à une reprise d’étude à plus de quarante-cinq ans. Écrire un livre restait malgré tout dans son esprit au fur et à mesure de ses rédactions de poèmes, de petits textes improvisés en fonction des circonstances familiales, de voyages, de rencontres. Or un jour, la question lui fut posée de savoir quel est l’oiseau venu en France en suivant les chevaliers de retour de Croisade. Là tout bascula. Des images surgirent. Un personnage s’imposa. La machine s’emballa. L’écriture devint urgente. Une page lue en appelait une autre et ainsi de suite sur plusieurs années en dilettante. L’auteur finit par se mettre une forme de pression en parlant de son idée et dut au final la concrétiser en faisant appel à une maison d’édition qui publia son livre, totalement improbable au départ, totalement original à la fin. L’auteur se dit souvent à lui-même être le seul capable d’écrire une telle histoire tellement personnelle, pleine de souvenirs d’enfance avec ses terrains de jeu, ses personnages singuliers réels ou imaginaires.