Après la mort de Dieu – Le Christianisme et les métamorphoses de son ombre

9,99

Pour Dieu, il y a bien des façons de survivre à sa propre mort. Cette vie « posthume » fait l’objet de ce livre. Aussi commence-t-il par souligner la particularité du mystère chrétien, par opposition aux sagesses antiques, afin de comprendre comment l’Incarnation a structuré notre façon de concevoir l’histoire. Rien, peut-être, ne fut plus attendu que la fin libératrice qui caractérisa l’attente millénariste. Aussi était-il nécessaire de revenir patiemment sur quelques penseurs, non des moindres, qui se sont emparés du schème eschatologique. Ce livre observe aussi les « détails » dans lesquels vient se loger, sous une forme ou sous une autre, l’ombre de Dieu.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Extraits du livre

Partie II : Le Mystère chrétien, Chapitre 1 : Rapport au dogme.
« Le rituel de la confession dominait encore la pratique du culte dans les années cinquante-soixante du siècle dernier. Il avait pour effet de renforcer, du moins pour moi, des scrupules si sévères que le moindre geste, le plus banal souhait, les désirs les moins coupables, devenaient objets de soupçons. L’examen de conscience me désignait mon plus intime ennemi : mon corps, ses désirs, ses envies. Ma conscience était surveillée par un Surmoi invisible bien plus redoutable que les injonctions de mes propres parents. Vu et jugé, j’avais l’impression de me livrer corps et âme à cet Autre parfaitement invisible qui ne me quittait jamais.»

*****
Introduction
« La mise à distance de l’eschatologie chrétienne n’aboutirait nullement à la liquidation de ses résurgences latentes dans les méandres de l’Histoire ou dans les élans d’une mystique orpheline, qui, en s’opposant frontalement à la théologie et à ses déclinaisons rationnelles, peine incontestablement à se débarrasser d’une ombre encombrante. Les formes du christianisme latent, pour reprendre une expression de Nietzsche, n’ont sans doute pas encore livré leurs derniers mots. »

*****
Partie III, chapitre 1 : Idéal ascétique et expériences mystiques.
« L’attitude spéculative du théologien qui s’applique à déchiffrer les voies d’un rapport rationnel au Dieu biblique ne résume nullement les « écarts » de l’expérience mystique . La foi personnelle se construit ainsi à distance de l’enseignement des clercs, ouvrant la voie à un rapport singulier à l’absolu. L’expérience mystique peut se consumer dans une ouverture à un non-savoir structurel, celui qui ne peut jamais se convertir en savoir. Georges Bataille a donné une idée assez juste de la façon dont le rapport mystique à la transcendance se construit : « On a cru, dit-il, aux réponses de la raison sans voir qu’elles ne tiennent debout qu’en se donnant une autorité divine. »

*****
Introduction
« J’ai tenté de prendre en compte les versions « messianiques » de l’Histoire, essentiellement celles qui furent élaborées au XXe siècle. J’ai choisi de revenir sur l’utopie concrète d’Ernst Bloch, sur les Thèses sur le concept d’histoire de Walter Benjamin, sans oublier la réception controversée des écrits de Marx et Engels. On rencontre-là de quoi nourrir les critiques adressées à l’eschatologie « révolutionnaire » qui a occupé une bonne partie du XXe siècle ; encore convient-il de prendre la mesure de ce qui oppose ces auteurs connus qui se réclament du marxisme. »

Informations complémentaires

Format livre

522 pages

ISBN ebook

978-2-407-03434-5

Version

Ebook téléchargeable

A propos de l'auteur : Claude Poulette

Claude Poulette

Né dans les années cinquante, l’auteur n’a visiblement pas oublié les malaises suscités par son éducation catholique. Devenu professeur, il partagea l’idée que la philosophie s’était fort heureusement débarrassée de ses scories théologiques. Fausse évidence : il se rendit compte assez vite qu’il se méprenait sur le sens que Nietzsche accordait à « la mort de Dieu ». Mort, Dieu survivra encore, et pour longtemps, sous divers déguisements, enseigne Nietzsche. Attentif à cet avertissement, l’auteur tente ici d’explorer les métamorphoses de l’ombre de Dieu.