Adieu foulard, béguin et barrette

7,9917,90

Pendant plus de quarante années, le métier de mineur fut au centre de la vie de Jacques Bonnet. Les contraintes de la vie d’une fosse qui employait jour et nuit et tout au long de l’année plus de 4000 mineurs ne lui permettaient pas de s’extraire de ce monde à part. Le besoin d’évasion se faisant de plus en plus pressant à mesure que le temps passait, il put, tout en restant dans le cadre de son métier, s’intéresser aux mines des pays lointains, puis aux personnes et à leurs cultures. Sans rechercher l’exotisme ni le sensationnel, il témoigne avec «Adieu Foulard, Béguin et Barrette» sur ses expériences vécues pendant la découverte de ces pays et de leurs populations. De la Nouvelle-Galle du Sud (en Australie) à la Chine, en passant par l’Inde, l’Algérie, le Yemen, la Russie… Jacques Bonnet rend compte avec douceur et humanité des choses vues et entendues et apporte un témoignage précieux quant à la compréhension de ces régions pour lesquelles les fausses idées sont nombreuses et injustes. L’auteur fait ainsi rêver le lecteur en lui faisant vivre ses aventures dans de brefs et parfois intenses chapitres. Se rapportant à des époques déjà lointaines, «Adieu Foulard, Béguin et Barrette» est aussi une analyse sociologique qui permet d’apprécier le chemin parcouru par l’auteur dans plusieurs pays et sa rencontre avec les différents régimes.

Effacer
UGS : ND Catégories : , Auteur : .

Informations complémentaires

ISBN ebook

9782407029716

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

Format livre

191 pages

ISBN livre

9782407010721

A propos de l'auteur : Jacques Bonnet

Jacques Bonnet

Jacques Robert Marie Bonnet est né le 13 avril 1938 à Paris, dans le quartier de Belleville. Son père, Robert Bonnet, était professeur de physique et mathématique. Sa mère, native d’Argenteuil en Ile de-France, était, elle aussi, professeur à Paris. Il épousa en 1968 Catherine Desvaux, enseignante et peintre. Jacques Bonnet passa son enfance et son adolescence dans la Capitale, sauf pendant la seconde guerre mondiale où il connut comme réfugié la vie des campagnes limousines et normandes. Cette période lui permit de connaître et d’apprécier la beauté de la nature et les plaisirs simples de la vie campagnarde. La paix revenue, il entama des études en lettres classiques à Paris, intercalées par des activités de scoutisme. Admis à l’École des Mines de Saint-Étienne, il apprécia la vie difficile des mineurs. Le charbon était, dans l’après-guerre, indispensable à la reconstruction de l’économie en Europe. Il fut appelé en Algérie pour le service militaire comme sous-lieutenant, puis s’engagea comme ingénieur du fond aux Houillères de Lorraine où se trouvaient les plus importantes réserves de charbon. Il y fut affecté successivement aux exploitations du fond, puis aux services de géologie et géométrie. À l’occasion de missions en Australie, Inde et Afrique il découvrit avec passion des populations et cultures différentes. Désormais libre et vivant en Lorraine, il est engagé dans des actions humanitaires et consacre une partie de son temps aux voyages lointains, à la bibliophilie, à l’écriture et à la musique. Il vit actuellement en Lorraine, dans le pays minier.