Le transiteur

9,9922,90

J’aimerais dire ceci dans ces quelques lignes : Il ne faut jamais baisser les bras. On m’a toujours dit: ”tu veux être coiffeur?” ”ce ne sera pas possible”; ”tu veux voyager? ” ”impossible avec ton asthme” et pourtant j’y suis arrivé envers et contre tous. Je l’ai réalisé et je continue. Bien sûr les années passent mais l’envie est toujours vivace, je continue et continuerai en mettant sur papier toutes mes aventures.
La motivation est le seul remède pour y arriver, ne dit-on pas ”qu’avec la ténacité on peut déplacer les montagnes”.
Vivez vos envies, vos rêves et vous serez heureux. Allez, je vous emmène…

Effacer
UGS : ND Catégories : , , Étiquettes : , Auteur : .

Extraits du livre

Les crises revenaient plus souvent mais moins fortes que la précédente, je commençais à apprendre, et aussitôt que je commençais à tousser, reprenais aussitôt cette position avec laquelle j’avais appris au cours des quintes précédentes à contrôler l’intensité de la crise et par là même à dissimuler ma honte, car cela en devenait une, les crises apparaissant bien souvent la nuit. Cette position, est sensationnelle pour moi et elle me permet de trouver le filet d’air vital à ma survie,

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

 

Il réalisa le jour où je donnais ma démission, tout le monde resta « sur le cul » : tout le monde pensait que je plaisantais, que Pierre rêvait encore et qu’il ne pourrait pas laisser toute cette ambiance, ces clients, pour aller parcourir le monde.

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Si après 3 jours la plaie s’agrandit encore, je devrais me procurer un peu d’essence et à l’aide d’un briquet mettre le feu dans la plaie, ce devrait être le dernier moyen efficace pour sauver ma jambe et enrayer l’infection…..je n’ai pas confiance envers les médecins de ce pays.

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

Borocay, le paradis ?

Idée venue en discutant avec une dame, habitante de cette île, un jeepney, puis un pump boat, bateau à balancier avec un petit moteur pour le propulser, 20mns de traversée en sautant sur les vagues, une impression d’être dans un bouchon, de loin j’aperçois ce petit confettis posé sur la grande bleue, pas d’immeubles, pas de maisons visibles, on accoste sur la plus grande plage, ”White Beach”, sable blanc, mer limpide, plage descendant doucement vers les flots, cela serait-il un paradis ?

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

6h30, le 14, je me lève pour me préparer, ma 2ème journée au salon, whoua ! 7h on sonne à la porte, on insiste, je ne fais pas de bruit et vais jeter un œil par la lorgnette de la porte, 2 mecs, ils insistent encore, je n’ouvre pas et ne fais pas de bruit, je m’habille, cela se calme quelques minutes, nouvelle sonnerie, puis des coups de poings contre la porte, je suis obligé d’ouvrir, les 2 premiers sont prêts à entrer suivi de 2 autres, l’un parle anglais, polis, ils commencent par dire bonjour”oayo gosaïmasu”, je fais semblant de ne rien comprendre, ils insistent et finissent par me demander si Mr Mas…est là, me demandent si je comprends le japonais, non, un homme de derrière s’avance et me montre une carte ou le mot IMMIGRATION est écrit en gros; un autre me montre la carte de POLICE, ”passeport kudassaï”.

 

 

Informations complémentaires

Auteur

Pierre Loizon

ISBN ebook

978-2-407-00576-5

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

Format livre

577 pages

ISBN livre

9782407000784

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Le transiteur”

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Pierre Loizon

Pierre Loizon

Né à Plessala en Bretagne dans une famille très modeste, atteint d'asthme profond dès l'enfance; maladie qu'il transporte toujours dans son sac à dos. Pierre Loizon petit, se nourrissait d'envies, de rêves: devenir coiffeur, voyager, rencontrer, prendre des photos; voir ailleurs quoi... Arrivé à l'adolescence, il réalise son premier souhait. En 1979, il décide de visiter Israël pendant 15 jours. De retour, le virus plus que jamais ancré ne le quitte plus, il passe ses diplômes. Travail, économies et la soif de connaissances seront pendant 2 ans son leitmotiv. En 1981, son grand projet mûrement cogité, il part avec son sac à dos : le Sri-Lanka, l'Inde, Le Népal, la Thaïlande, la Malaisie, Singapour, L'Indonésie, Les Philippines, souvent à pied ou en transports locaux. En 1982, il met pied à terre au Japon pour une durée de 2 mois avant le retour, il y restera 13 ans. Ce récit s'arrête en 1984, mais l'aventure continue; bien à vous pour la suite.