Cinquante-cinq jours d’éternité (environ)

7,9918,90

Ce que nous avons en commun : que l'homme ne peut mettre fin à la mort, au temps qui nous dégrade. Mais il peut geler le temps, l'empêcher de joindre l'avant et l'après, le briser en poussières d'instants. Si la vie a une fin, on peut toujours s'arranger pour ne pas commencer à vivre.

Effacer

Extraits du livre

Balle de match pour Jacques ! Oui, mais n’en pas finir de vieillir, sans mourir pour autant, est l’éternité du pauvre. Succédané de l’immortalité divine. Dans l’habitacle ridiculement petit d’une demi-seconde, Romain entasse et rassemble toute la rancœur et toute l’énergie d’une longue vie, mélangeant d’une manière inextricable jeunesse et vieillesse. Dans un réflexe impensable, il renvoie une balle smashée par l’adversaire sur la ligne de fond de court. Ne gagner ni perdre, comme le font les dieux, c’est malgré la vieillesse et la souffrance, ne manquer de rien. Le temps, alors, circule en circuit fermé, mais ne s’écoule pas. Romain, dans ce set ultime, revient à égalité. Ce set est le dernier, mais il n’aura pas de fin. Chacun s’appuie sur l’épuisement de l’autre pour durer encore. Durer encore ! La fatigue réciproque est recyclée en ersatz d’éternité. Qu’importe si la balle, désormais, se promène à moins de 50 km/h : ce qui est en jeu n’est pas la victoire, mais de pouvoir jouer encore demain.

Informations complémentaires

Auteur

Jean-Pierre Bourgeois

ISBN ebook

978-2-407-00579-6

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

Format livre

200 pages

ISBN livre

9782407000814

Avis

Il n’y a pas encore d’avis.

Soyez le premier à laisser votre avis sur “Cinquante-cinq jours d’éternité (environ)”

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A propos de l'auteur : Jean pierre Bourgeois

Jean pierre Bourgeois

Au commencement était mon admiration pour les joueurs de tennis, ces héros qui affrontent la canicule quand le match n'en finit pas, et donc s'éternise. C'est dans ce contexte qu'une pensée terrible, il y a plus de vingt ans déjà, est venue à moi : et si le match ne se terminait jamais ? Depuis ce temps, je suis hanté par les incalculables bouleversements organisationnels, psychologiques et métaphysiques d'une telle abolition de l'emploi du temps