William Picourt

Thumbnail

Comme dit la chanson, je suis né dans la rue au soir du 4 Juillet de l’année 1946. Ma mère pauvre et tuberculeuse mourut le jour de mes six neuf mois. Tuberculeux aussi à onze mois, je serai à l’hôpital Trousseau un des cobayes du professeur Robert Debré…, durant 556 jours. J’en garderai une sainte horreur des piqûres ! On ne donnait pas cher de ma peau. A cette époque, la tuberculose faisait des ravages chez les nourrissons.
Contre toute attente, “Dame chance” va se présenter sous la forme d’une famille de résistants, décorés, en relations étroites avec des militaires américains. Dès mon admission à l’hôpital, ils veulent m’adopter, “moi”… et pas un autre. À partir de ce moment, cette bonne fée va veiller sur moi, encore et encore. De cette enfance baignée d’amour par ces parents adoptifs, les rares souvenirs qui me restent sont principalement liés aux… Américains, jusqu’au choix de mon prénom.
Hélas, mes parents meurent lors de mes cinq et neuf ans. Leur fils et sa femme prennent la suite ; j’avoue ne pas les avoir ménagés. “Dame chance” me prit sous son aile, ne permettant pas mon retour à l’Assistance publique. Une vie chaotique s’en suivra jusqu’au dénouement, une bonne soixantaine d’années plus tard avec, pour corolaire, un mystère… américain. Enfin une clé et une serrure, qui sont, loin de l’autre, pour l’instant.

1 résultat affiché