Mhenna Berbere

Thumbnail

C’est à partir de sa propre expérience que l’auteur a cherché à décrire les
affres de la dépression, cette maladie qui entraîne une perte d’intérêt pour
tout. Une sorte de consciente mort, un abîme duquel il est pratiquement
impossible de se sortir seul sans séquelles. Mais comme l’espoir est permis,
ce roman offre des étapes de sortie de dépression, notamment par un
changement d’environnement, puis une situation stimulante qui réinitialise
l’instinct de survie, une sorte de thérapie que l’auteur a tenu à partager avec
les lecteurs, comme un chapitre de vie qu’il est possible de clore.
En marge des événements qu’a connu l’Europe fin des années 80, l’auteur,
universitaire à cette époque, avait vécu avec effroi la mort de Jean-Louis
Calderon, journaliste, qui avait été tué lors de la chute du régime de
Ceausescu. La disparition de Jean-Louis Calderon accomplissant son devoir
s’est transformée en une véritable inspiration pour l’auteur qui fera du
journalisme son métier.

Voici le seul résultat