Melo Nzeyitu Josias

Thumbnail

L’auteur doit sans doute à ses études littéraires d’avoir toujours été passionné par l’écriture. Ayant étudié le latin à l’école d’abord, en autodidacte par la suite, polyglotte et chercheur acharné en matière de linguistique, il a très tôt pris conscience, au travers de cette science, que l’histoire informelle de l’Afrique, celle défendue par des érudits tels que les professeurs Cheikh Anta Diop, Théophile Obenga et Ivan van Sertima, mérite d’être diffusée car porteuse d’une vision plus optimiste des perspectives de développement du continent africain. Humaniste et philanthrope, ses études supérieures en relations internationales réalisées en RDC (République démocratique du Congo) où ses parents d’origine angolaise ont émigré dans la première moitié du 20e siècle, puis sa carrière de près de 25 ans au sein des Nations Unies en général, et plus particulièrement au Siège de l’Unesco à Paris (1983-2006), constituent un garant de sa probité intellectuelle et de sa rigueur scientifique. Il est aussi l’auteur de deux autres ouvrages qui méritent d’être mentionnés, publiés en auto-édition, «Jésus l’Africain» et «Les racines bantoues du latin».

Voici le seul résultat