Marcel Sanchez

Thumbnail

Après une première expérience littéraire, une biographie sur sa jeunesse en Algérie, publiée à compte d’auteur, ce dernier se découvre, à plus de 70 ans, une passion pour l’écriture et décide de récidiver avec un roman à caractère historique. Le désir de raconter en mêlant faits réels et imaginaires, ce drame dont on a très peu parlé en France dans le monde de l’écriture, contrairement et paradoxalement à la Grande-Bretagne. Une page d’histoire qu’il a entendu évoquer par les adultes durant toute sa jeunesse oranaise. Au début des années cinquante, les veillées sans télévision permettaient aux anciens, qui avaient vécu le drame sur place, de raconter à leurs enfants les moments terribles qu’ils avaient traversés. Les malheureux allaient en connaître bien d’autres, mais ils ne le savaient pas encore, une autre histoire…

Voici le seul résultat