Gérald Parent

Thumbnail

L’écriture d’Un pas dans l’ombre a pour point de départ la fascination qu’éprouve l’auteur pour la personnalité humaine. Son développement et les conséquences qui résultent de tout ce qui la façonne. Il a étudié la psychologie à l’université d’Ottawa et fut influencé par un de ses professeurs, Jacek Skoczkowski, grâce à qui il découvre la logothérapie. Tout comme Viktor Emil Frankl, le professeur Skoczkowski possède une grande compassion pour la souffrance psychologique et un désir de la soulager. C’est à partir de cette qualité qu’il a créé son personnage principal, Carle Mainville. Mais la vie n’est jamais aussi simple qu’on la voudrait. À trente ans, Gérald Parent a changé d’emploi, de ville, de région, de compagne pour recommencer une autre vie ailleurs. Son amour pour le cinéma ; l’attachement qu’il a pour le village qui l’a vu naître, Ville-Marie et son coin de pays, le Témiscamingue, il l’a retransmis à son personnage. L’écriture d’Un pas dans l’ombre fut pour lui une façon de garder vivantes ses racines.

Voici le seul résultat