Geneviève Langlois

Thumbnail

L’auteure est issue d’une famille mauricienne, descendant de colons français, arrivés sur l’Île Maurice au XVIIIe siècle. Ses grands-parents vinrent de France en bateau en tant que médecins.
Cet ouvrage relate certains épisodes de l’enfance difficile de l’auteur, sa vie, son cheminement.
Il raconte l’Île Maurice des années 1970 – 1980, où la discrimination raciale était pour elle une incompréhension totale.
Elle s’est toujours battue seule, s’entourant de peu de monde, mais de soutiens sincères, bien souvent issus de la communauté créole ou noire, contre l’avis des siens. Elle refusa d’être « un mouton de Panurge », comme ceux de son milieu social et se fit des amis dans toutes les communautés.
Elle avait une soif de liberté, de vivre, de découvrir le monde, et d’assumer ses convictions, en dépit du regard désapprobateur des autres. « Les qui dimoune pou dire », elle ne s’en souciait guère.

Voici le seul résultat