Fatma Ikerrouiène

Thumbnail

Née à Roubaix de parents berbères, elle fait son cursus scolaire dans sa ville natale puis à Paris. Elle obtient le prix Chagall de la ville de Paris pour son dessin à l’encre de Chine « Évasion ». À Alger elle est admise à l’école supérieure des Beaux Arts (1975 -197979). Elle est maquettiste à la Sonitex pour la création d’imprimés de tissus puis pigiste au journal El Djaziria où elle illustre les articles qui traitent les sujets de la femme.
Ce roman est l’aboutissement du vécu de la femme algérienne dont elle fut proche par sa coexistence. L’enfant et la mère maltraités, l’abandon, sont les sujets épineux qu’elle a abordés et qui ne laissent personne insensible… sauf les bourreaux. La loi du silence l’exaspère…

Voici le seul résultat