Daniel Legrou

Thumbnail

S’il faut raconter ma vie (27 924 jours ce matin), quelques mots suffisent, une carrière incompréhensible, une vie heureuse, sereine, comblée, malgré deux années dans une pension ignoble.

Mais, depuis quelques années, écorché vif, électron libre, ou en colère contre l’époque qui fonce dans le brouillard,  j’ai très peur pour l’avenir de ma descendance, particulièrement mes arrières petits-enfants, non annoncés pour l’instant.

2 résultats affichés