Claude Poulette

Thumbnail

Né dans les années cinquante, l’auteur n’a visiblement pas oublié les malaises suscités par son éducation catholique. Devenu professeur, il partagea l’idée que la philosophie s’était fort heureusement débarrassée de ses scories théologiques. Fausse évidence : il se rendit compte assez vite qu’il se méprenait sur le sens que Nietzsche accordait à « la mort de Dieu ». Mort, Dieu survivra encore, et pour longtemps, sous divers déguisements, enseigne Nietzsche. Attentif à cet avertissement, l’auteur tente ici d’explorer les métamorphoses de l’ombre de Dieu.

Voici le seul résultat