Akindi Ibbela

Thumbnail

Cet essai, La puissance continentale intégrale, est l’expression la plus osée qui soit tant elle assume sans aucun complexe le statut de grandeur de l’Afrique, aussi bien qu’il donne la vision (la plus élargie possible) de la puissance naturelle du continent dans toutes ses dimensions et englobe tous les aspects de celle-ci. C’est l’image, projection de la matérialisation des richesses originelles de l’Afrique. L’expression se définit comme étant « l’achèvement, donc la forme la plus accomplie de notre intégration continentale ».
Le texte qui suit, écrit entre Amsterdam et Paris, exprime, malgré le pessimisme graduel alimenté par des théories emplies d’inepties au sujet de l’Afrique, l’essence même du continent et son rang naturel de puissance mondiale.
L’auteur, dans sa profonde conviction exprimée ici, expose tout simplement d’irréfutables évidences. Loin de penser à l’accueil et à l’appréciation que l’on pourrait donner à ses tranchantes réflexions, sa vision des choses sur le continent et la place de celui-ci dans le monde, il se projette plutôt sur une Afrique réconciliée avec elle-même et qui s’affirme dans toute sa capacité comme étant le centre des approvisionnements de la planète. Il laisse libre cours à un discours inspiré depuis le lointain horizon de ses observations.

Voici le seul résultat