GOTIQVANTICA
GOTIQVANTICA 2

Gotiqvantica

Ebook : 7,99
Livre Broché : 17,90

Dans cet ouvrage sont citées différentes cathédrales gothiques européennes pour illustrer ce langage ésotérique fait de symboles, de géométrie, de statuaire, de proportions ou d’orientation. Et il se trouve que ce langage provient de savoirs de civilisations anciennes, en particulier celtique, égyptienne, hébraïque, grecque, soufie ou hindoue. Du coup, la dimension spirituelle de la cathédrale gothique présente des analogies avec des sites mondialement connus comme la pyramide de Gizeh ou Stonehenge.
L’auteur prend littéralement le lecteur par la main, elle le fait cheminer pas à pas dans l’espace délimité par les murs de la cathédrale et s’arrête sur diverses parties de l’édifice pour en expliquer le sens, ou les sens, cachés ou non. Ainsi, le lecteur découvre que la cathédrale est une invitation à cheminer analogue à celle que vivent les pèlerins allant à Compostelle, analogue aussi à celle racontée dans la légende du roi Arthur en quête du Graal.
La cathédrale gothique est la Voie de sagesse avec l’Amour comme destination finale. Elle est le chemin d’Éveil qui ne peut être parcouru d’un coup, mais qui exige d’être accompli par étapes.
Chaque étape nous spolie de nos errances, chaque étape nous purifie toujours plus et nous prépare à passer dans le monde de l’Au-delà, un monde exempt de matière et où règne l’Amour Inconditionnel.
L’enseignement spirituel présent dans la cathédrale gothique coïncide avec les récentes recherches médicales sur le cerveau, la différence entre le cerveau et la conscience et le fonctionnement du cœur ; le tout étant corroboré par les témoignages d’Expérience de Mort Imminente.
En fin de compte, l’essence de l’enseignement proposé par la cathédrale gothique réside dans son espace, dans son vide. Un vide qui est comme une caisse de résonance construit de manière analogue à notre Univers dans lequel nous évoluons et qui produit un Son Permanent.
Nous vivons une ère nouvelle où Spiritualité et Science semblent avoir la même vision de l’Univers, de la Vie, de la Mort et de l’Après-Vie.
L’Univers est un Son et la musique est l’une des expressions maîtresses du langage ésotérique. Composée de 7 clefs, les notes musicales doivent donc ouvrir 7 portes. Et ce livre a la prétention d’en offrir les serrures.
Tous promis au Paradis, nous sommes tous condamnés à la Lumière.
Ainsi soit-il.

Effacer
UGS : N/A Catégories : , Étiquettes : , Auteur : .

Extraits du livre

Celui qui désire entrer dans une cathédrale ne le fait pas par hasard : il choisit d’y pénétrer et découvre son enseignement chemin faisant à travers elle. Par conséquent, avant de commencer à découvrir l’enseignement spirituel délivré par l’édifice, prenons déjà conscience que la cathédrale représente l’idée que l’on se fait du Chemin.

Cheminer à travers la cathédrale est un acte de pèlerinage, comme ceux empruntés en tout temps et dans toute religion, analogue à celui qui part de la Gaule pour Compostelle, chemin de pèlerinage déjà au Néolithique signalé par des monticules de pierres ou de coquillages. De même de nos jours, le pèlerin se repère grâce à la coquille St-Jacques sculptée ou peinte sur les édifices religieux du Chemin, quand il n’est pas la forme de la place principale de la ville de Sienne…

L’Archange Michael en hébreu, soit Saint-Michel en français, est le guide désigné pour pointer la direction vers Compostelle de son épée de feu qui symbolise l’instrument droit, aligné et apte à ouvrir la matière. […] De fait, l’Archange est toujours érigé sur un piédestal octogonal, car le chiffre huit est celui qui représente le seuil entre le Ciel (la boucle du huit du haut) et la Terre (la boucle du huit du bas) : l’Archange se tient sur le point de croisement du chiffre huit, soit entre le monde de l’endroit et celui de l’envers et indique la direction de Compostelle grâce à l’épée Durandal, qui appartient au champion de la chrétienté, Roland.

L’alchimie ne se définit pas comme une science, mais comme une Œuvre, car elle introduit l’idée d’une interaction entre l’expérimentateur et la matière, similaire au principe du « coefficient de charme » dont parlent les physiciens quantiques. L’alchimiste considère qu’en prenant les mêmes ingrédients, les effets obtenus vont varier selon le niveau de conscience de l’expérimentateur. L’alchimie n’est donc pas une science, mais un Art. […] L’alchimiste considère que la matière a une âme ; et trois sont les voies de l’alchimie […] les trois Rois Mages sont une allégorie de ces trois œuvres. […] De même, la cathédrale est une voie thérapeutique analogue à une structure mégalithique avec toiture en prime et qui propose des ablutions afin d’obtenir la purification du corps (la matière) et de l’esprit (l’éther).

[…] Les sites sacrés du monde sont orientés pour recevoir les rayons solaires à l’une de ces dates et en particulier à l’équinoxe du printemps, car c’est à ce moment que les heures de jour prennent le dessus sur les heures de nuit. Or, l’équinoxe du printemps coïncide avec la Pâque, la résurrection, la victoire de la lumière sur les ténèbres. […] La cathédrale gothique est une extraordinaire machine astronomique qui décrit la mission christique, cette dernière pouvant
être comprise aussi du point de vue astronomique. […] Mais quel est le signe céleste du
25 décembre ? En fait, durant la période du solstice hivernal a lieu un phénomène optique particulier :

  • le 22 décembre, le Soleil est au plus bas, c’est précisément à cette date que les jours sont les plus courts de l’an ;
  • puis, entre le 22 et le 25 décembre, soit pendant 3 jours, l’œil ne perçoit plus de mouvement solaire ;
  • enfin, le 25 décembre, le soleil monte au nord d’un degré sous la constellation de la Crux : de la Croix !

En outre, le 25 décembre, le Soleil est aligné aux 3 étoiles de la ceinture d’Orion (représentant les 3 Rois Mages), le tout étant sur le même axe de l’étoile de Bethléem : le Prophète, dont Jésus, naît sur Terre lorsque son histoire s’inscrit au Ciel ! En d’autres termes, faire naître Jésus le 25 décembre est une manière efficace pour indiquer que Christ est la Lumière qui gagnera contre les Ténèbres et qu’il porte la Parole Universelle.

[…] La qualité du son produit par la cloche dépend des métaux utilisés et de la forme donnée à son intérieur, à son vide. La cloche et la cathédrale sont analogues à notre Univers : un espace générateur phonique. […] Mais encore faut-il distinguer « le vide » du « rien ». Rien, c’est rien ; tandis que le vide, c’est un lieu de conception, une matrice sonore : un « plenum quantique » comme dirait le philosophe Ervin LASZLO. Le plenum quantique est l’espace nécessaire pour que l’électron puisse graviter autour du noyau faisant de l’atome un élément vibratoire : la cathédrale est conçue de manière à reproduire la structure de l’Univers. […] Les bâtisseurs de cathédrales adhéraient à cette conception musicale de la réalité universelle et qui coïncide avec le principe de la fractalité découvert dans les années 70 par le mathématicien Benoît MANDELBROT. […] Dès lors, il est temps de voir de plus près le langage musical, le sens des notes de musique, car chaque note à sa… portée.

Les Templiers ont joué aux échecs du temps où ils étaient en Terre Sainte et ayant découvert les sens profonds de ce jeu, ils décident de tapisser la nef d’un jeu chromatique de pierres claires et sombres. Quel est l’enseignement du jeu d’échecs ? […] L’échiquier représente la vie et dans lequel évoluent deux camps, les deux polarités universelles : les Blancs et les Noirs, à savoir la Lumière et les Ténèbres. Selon les règles du jeu, celui qui prend les Blancs joue en premier : la lumière a toujours un tempo d’avance et de ce fait, les Blancs sont mathématiquement condamnés à la victoire ! […] Que peut-on déduire à cela ? Une réalité physique : la lumière en soi existe, elle est observable et quantifiable, car elle est une onde de forme. Vous avez entendu ? Une onde, encore du lexique musical. Contrairement à la lumière, l’ombre en soi n’existe pas : ou il y a de la lumière ou il y a manque de lumière que l’on nomme ombre. Mais l’ombre en soi n’existe pas […] donc elle ne peut pas remporter la partie.

Le labyrinthe de la cathédrale est un rappel direct du labyrinthe crétois. Et alors que le labyrinthe du roi Minos n’a aucune issue, le labyrinthe des cathédrales est un sentier comportant une sortie, il est un sentier alchimique allant des Ténèbres à la Lumière.

Le labyrinthe est le symbole de notre parcours intérieur, celui que nous accomplissons concrètement dans notre vie quotidienne, une vie que nous ne maîtrisons pas, d’où nos errances et hésitations. Du coup, par analogie, le labyrinthe est tortueux […]

Cela peut surprendre l’idée que le sourire porte en soi un message ésotérique […] Le Rire est le protagoniste « diabolique » du théâtre de MACHIAVEL qui a marqué toute la culture européenne. Alors, prenez garde à la statue souriante, loin d’être anodine elle indique que dans cette cathédrale il est question d’expression subversive…

Information complémentaire

Auteur

Rina Sestico Arce

ISBN ebook

9782407009077

Version

Ebook téléchargeable, Livre papier

Format livre

193 pages

ISBN livre

9782407004096

A propos de l'auteur : Rina Sestito Arce

Rina Sestito Arce

Licenciée en Lettres à l'Université de Genève, Rina SESTITO ARCE a toujours été passionnée d'art, d'histoire et d'archéologie. D'abord enseignante au Secondaire, elle s'est engagée au Service du Protocole de Genève. Par la suite, elle part en Alsace pour suivre la carrière de son époux et découvre la ville de Colmar aux côtés de ses trois enfants. Quelques années plus tard, désireuse de reprendre une activité, elle découvre des médecines dites "parallèles" : intriguée, elle s'inscrit à plusieurs formations, dont en particulier la kinésiologie et le décodage biologique des maladies et des événements de vie. Entre-temps, elle est traductrice-interprète près du Tribunal de Grande Instance de Colmar et au moment de prêter serment, elle rencontre une collègue qui l'informe que l'Office du Tourisme cherche désespérément des guides en langue italienne : elle s'engage avec intérêt, car elle a l'occasion d'interagir avec des personnes de tout âge et de toutes provenances géographiques et culturelles pour les introduire au passé riche et mouvementé des lieux. Cette activité de guidage devient un prétexte pour entreprendre des recherches sur l'art et l'histoire, mais aussi sur les traditions et les légendes. Jusqu'au jour où elle fait un lapsus en mettant sur le moteur de recherche de son ordinateur "argotica" : ainsi lui apparaît un article en langue italienne traitant de la dimension ésotérique de la cathédrale gothique et cette découverte ne la lâchera plus. Livres, conférences sur Internet et formations : tout est bon pour poursuivre sa passion nouvelle : les thérapies parallèles, les cités anciennes, le langage des oiseaux, l'ésotérisme, l'alchimie, les expériences de mort imminente et la physique quantique. Et dire qu'au début en qualité de guide, ce qui l'ennuyait le plus était d'expliquer la cathédrale...