Au chevet de mon pays

Array
(
    [0] => Array
        (
            [attributes] => Array
                (
                    [attribute_pa_version] => ebook-telechargeable
                )

            [availability_html] => 
            [backorders_allowed] => 
            [dimensions] => Array
                (
                    [length] => 
                    [width] => 
                    [height] => 
                )

            [dimensions_html] => N/A
            [display_price] => 4.99
            [display_regular_price] => 4.99
            [image] => Array
                (
                    [title] => AU CHEVET DE MON PAYS
                    [caption] => 
                    [url] => http://www.editions-saint-honore.com/wp-content/uploads/2018/06/AU-CHEVET-DE-MON-PAYS.jpg
                    [alt] => AU CHEVET DE MON PAYS
                    [src] => http://www.editions-saint-honore.com/wp-content/uploads/2018/06/AU-CHEVET-DE-MON-PAYS-449x622.jpg
                    [srcset] => 
                    [sizes] => (max-width: 449px) 100vw, 449px
                    [full_src] => http://www.editions-saint-honore.com/wp-content/uploads/2018/06/AU-CHEVET-DE-MON-PAYS.jpg
                    [full_src_w] => 439
                    [full_src_h] => 647
                    [thumb_src] => http://www.editions-saint-honore.com/wp-content/uploads/2018/06/AU-CHEVET-DE-MON-PAYS-150x210.jpg
                    [thumb_src_w] => 150
                    [thumb_src_h] => 210
                    [src_w] => 449
                    [src_h] => 622
                )

            [image_id] => 6278
            [is_downloadable] => 1
            [is_in_stock] => 1
            [is_purchasable] => 1
            [is_sold_individually] => no
            [is_virtual] => 1
            [max_qty] => 
            [min_qty] => 1
            [price_html] => 
            [sku] => 
            [variation_description] => 
            [variation_id] => 6282
            [variation_is_active] => 1
            [variation_is_visible] => 1
            [weight] => 
            [weight_html] => N/A
        )

)
4,99

Au sortir du joug colonial, quelques âmes avisées avaient impulsé un élan prometteur, pour des profondes transformations structurelles, en vue d’un développement économique social et culturel graduel de notre pays, profitable à toutes les couches sociales, à chaque état d’équilibre macroéconomique. Pendant les années soixante-dix, cet élan s’est interrompu à cause des choix idéologiques, des finalités économiques et socioculturelles, des crises sociales et politiques qui ont été néfastes pour le devenir de ce jeune pays, après plusieurs années d’esclavage et de colonisation qui ont débouché sur les affrontements très meurtriers, soi-disant ethniques, pourtant orchestrés par ceux qui, en instrumentalisant le sentiment d’appartenance ethnique, n’avaient pour seul objectif qu’accéder ou se maintenir au pouvoir, après l’adoption de la démocratie comme système de gouvernance. Notre pays très riche, après une période très favorable pour les pays producteurs de matières premières, notamment le pétrole, se retrouve aujourd’hui dans un état de déséquilibre, plongé dans les méandres d’une paupérisation généralisée de sa population, à l’exception bien-sûr de cette minorité nantie, au point de solliciter aujourd’hui les concours du FMI. Au chevet de mon pays, je reviens sur nos pas, à ces balises de l’aube, je m’interroge sur l’essence du sens de l’existence et j’en appelle à un sursaut raisonné, à la conscience du devoir qui est le nôtre, d’œuvrer pour survivre au temps, et de ne point oublier, que ces terres pour un temps nôtres, nous les devons aux bourgeons en nous et déjà éclos.

Effacer

Extraits du livre

Disais-je, que vois-je,

En péril ma morale d’authentique civilisation !

Regardez-les, ériger leurs demeures sur les morts troubler l’ordre public

Perturber la quiétude de l’au-delà de l’autre rive, de l’autre frontière invisible

Exhumer le déshonneur de l’immortalité, sans consentement exempt de vice,

Si en nous, inscrite l’animalité culpabilisante de la malédiction originelle.

Ah ma Sainte Anne !

Je m’absous de ma pécheresse nature,

N’implore point les Saints en ton sein,

Doute de ma foi en leurs mains d’offre de félicité,

Bien que telle quelle, définie leur prédestination.

Naturellement,

A force de félicité aux sirènes des maîtres des flammes

De se détourner des appels de l’autre

A force de culpabiliser son égal de l’autre côté de la langue

A force de se réfugier derrière une satisfaction de l’imaginaire d’appartenance

A force de se nourrir des litanies des bergers de la mécréance conception

A force de s’éloigner de l’essence même des limites

Divergent nos chemins, convergent les leurs, eux qui s’élèvent en piroguiers élus

Se segmente l’Horizon commun ainsi que s’amenuise l’écho de nos malheurs

Notre individualité, quant à elle,

Mise à mal de lecture et d’action pour le bien être individuel et collectif.

Honteusement debout,

Jusqu’à la hauteur de nos chevilles de nos genoux voire de nos hanches

Nous pataugeons dans cette boue d’attentisme

Nous pataugeons dans cette boue de nos lâchetés

Nous pataugeons dans cette boue d’accusation

Nous pataugeons dans cette boue de l’acculturation

Nous pataugeons dans cette boue de rats hors des bibliothèques !

Nous pataugeons dans cette boue de rats hors des champs de culture

Nous pataugeons dans la boue de nos scabreuses tendances,

Du calque de l’autre :

De son enveloppe, de son couvre-chef, de son pas ou de sa rétine,

Nous pataugeons dans cette boue des intolérables infériorités nourries,

Alors que matriarches éléphantes, héritières de nos chemins salutaires

Informations complémentaires

ISBN ebook

9782407029426

Version

Ebook téléchargeable

A propos de l'auteur : Yowani Sidi N’Goyi

Yowani Sidi N’Goyi

L’auteur, enseignant, est né au Congo Brazzaville où il a fait ses études primaires, secondaires et universitaires du premier cycle, à l’Université Marien Ngouabi. Il les a ensuite poursuivies dans la ville rose du Midi, en France. Il est titulaire d’un doctorat en économie et, de deux licences en gestion et en sociologie, obtenus à Toulouse I et Toulouse II. Il a déjà publié aux Éditions Édilivre deux recueils de poèmes (Chants d’un retour du pays natal et Errances) et un roman : (Le journal de la semaine).